2.1. Articles sur le sujet Politique

, , , ,

Bioéthique : nous sommes tous responsables du monde qui se construit sous nos yeux

Entretien paru dans Le Journal du Dimanche du 15 septembre 2019.

Pourquoi vous opposez-vous à la « PMA pour toutes » ?

Nous sommes à un carrefour historique. Depuis son apparition, la médecine a pour but de remédier à la maladie. Dans ce cadre, la loi autorisait la PMA pour pallier une infertilité pathologique, qui devait être médicalement constatée. Si nous supprimons ce critère, la technique médicale ne servira plus à rétablir l’équilibre de la condition humaine, mais à dépasser ses limites. Cette nouvelle PMA n’est plus un acte médical, en fait : elle concernerait des femmes en parfaite santé, qui n’ont pas d’enfant non pas à cause d’une pathologie, mais simplement parce que la vie se transmet organiquement par la complémentarité du masculin et du féminin. Ce n’est pas une violence sociale, c’est la réalité de nos corps… Si nous voulons nous en affranchir, nous assumerons une rupture inédite dans le principe même de la technique médicale : il ne s’agira plus de rétablir le vivant, mais de le dépasser ; non plus de réparer nos corps, mais de les vaincre. Une fois cette nouvelle logique acceptée, je ne vois pas ce qui nous arrêtera : elle nous conduit directement au transhumanisme, par la transformation technique de nos corps. Le désir d’avoir un enfant est bien sûr légitime, mais il ne permet pas tout.

La PMA pour toutes serait donc un dévoiement de la médecine ?

C’est un choix de société : rompre avec la condition humaine parce que ses limites frustrent nos désirs. Je crois que ce choix sera notre malédiction. La prise de conscience écologique nous l’a déjà fait comprendre : nous avons transformé le monde pour que tout s’organise autour de la satisfaction de nos désirs, quitte à vaincre les résistances que la nature nous imposait ; cela ne nous a pas rendus plus heureux. Au contraire : notre immense pouvoir technique a produit des catastrophes qu’il ne sait pas résoudre, et une fuite en avant perpétuelle dans l’insatisfaction et la frustration. Voulons-nous faire de nos corps le prochain terrain de cette expérience ?

Selon le gouvernement, la PMA pour toutes, c’est un nouveau droit accordé à certaines femmes, qui n’enlève rien aux autres ?

Nous sommes tous concernés. Dans la nuit de mercredi à jeudi, dans une impréparation incroyable, les députés ont autorisé le secteur privé à assurer la conservation des ovocytes. Le marché peut désormais se saisir de la procréation humaine pour en faire commerce. Demain, nous pourrons avoir des publicités dans le métro proposant aux femmes de conserver leurs ovocytes, et les employeurs par exemple pourront faire pression sur des salariées pour qu’elles reportent leur grossesse si elle n’arrange pas l’entreprise… Nous sommes tous responsables du monde qui se construit sous nos yeux.

Mais qui, précisément, serait lésé par ces nouvelles dispositions ?

Jean-Louis Touraine, le rapporteur du projet de loi, a affirmé en commission : “Il n’y a pas de droit de l’enfant à avoir un père.” Nous savons pourtant à quel point un père compte dans une vie… Plutôt que de retirer cela à des enfants, pourquoi ne pas simplement reconnaître qu’il n’y a pas de droit à l’enfant ? Nous préférons prendre le risque de léser les plus petits, en nous faisant les apprentis sorciers de la condition humaine.

N’êtes-vous pas en train de nous décrire « Le meilleur des mondes », tel qu’imaginé par le romancier Aldous Huxley ?

C’est toujours en rêvant du “meilleur” des mondes en effet, et même avec les meilleures intentions, que nous préparons un enfer, quand nous acceptons pour cela que la technique remplace le vivant. La promesse du transhumain, c’est la certitude de l’inhumain. Et à la différence d’Huxley, ici il ne s’agit pas de science-fiction…

L’opposition à ce projet de loi semble bien moindre que celle qui existait à l’époque de la promulgation du mariage pour tous ?

Les états généraux de la bioéthique, qui ont préparé cette loi, ont été suivis par des centaines de milliers de Français : le résultat était majoritairement défavorable à la PMA pour toutes. Mais l’ancien vice-président du Comité consultatif national d’éthique (CCNE) expliquait lui-même que les choses sont jouées d’avance. On a le sentiment d’une forme de rouleau compresseur, qui franchit toutes les lignes rouges qu’on nous disait pourtant définitives… Rappelons qu’au moment du mariage pour tous, on nous expliquait qu’il n’était pas question d’étendre la PMA. Où cela s’arrêtera-t-il ?

L’opinion semble cependant majoritairement favorable à la PMA pour toutes…

Ce n’est clairement pas une demande massive de l’opinion. Ce sont des revendications très minoritaires, et beaucoup se laissent ensuite convaincre par ce qui est présenté comme un progrès inéluctable. Mais nous, élus, nous croisons tous les jours des Français qui nous parlent de la recherche sur Alzheimer, de l’accompagnement des enfants handicapés, de l’autisme, de la dépendance… Voilà des demandes vraiment majoritaires dansl’opinion ! Et l’une des fautes de cette loi bioéthique est de ne pas s’en préoccuper : elle n’apporte aucune avancée par exemple sur le traitement de l’infertilité pathologique, qui est pourtant un immense sujet de société et une épreuve pour des centaines de milliers de couples.

Et la circulaire préparée par la chancellerie pour reconnaître à l’état-civil la filiation des enfants conçus par GPA à l’étranger ?

Il serait incohérent de proclamer qu’on interdit la GPA, tout en autorisant de facto ceux qui en ont les moyens à y recourir légalement à l’étranger. La marchandisation du corps des femmes ne serait plus un problème si ces femmes sont étrangères ? Triste conception de la dignité humaine. Ajoutons que les enfants nés de GPA ont effectivement un état civil en France, des papiers… ce ne sont heureusement pas des fantômes de la République !

Cette circulaire ne permettrait-elle pas de résoudre des situations humaines dramatiques, et d’une complexité extrême ?

Mais qui les a produites ? Les responsables sont les adultes qui ont exposé ces enfants à ces situations que vous décrivez. Je ne nie pas la légitimité et la beauté du désir d’enfant, ni la réalité de la souffrance qu’il peut y avoir à ne pas avoir d’enfant. Mais pour éviter la frustration, tout est-il permis ?

N’est-il pas logique de faire évoluer l’état civil dès lors que les modes de procréation évoluent ?

La mère n’est plus celle qui accouche, mais celle qui veut être mère, a expliqué Jean Louis Touraine. C’est une transformation complète de la filiation, qui ne reposera plus sur le lien de la gestation, mais sur la volonté de l’adulte. Or la volonté humaine est fluctuante et fragile, contrairement au fait d’avoir conçu, porté un enfant, qui est irrévocable et définitif… Quand la volonté seule définit la filiation, que se passe-t-il si la mère ne veut plus être la mère ? Peut-elle divorcer de son enfant ? Nous finissons de construire la société liquide dont parlait Bauman, celle de la plus grande insécurité affective.

Participerez-vous au défilé organisé par la Manif pour tous, le 6 octobre ? 

Je participerai à cette manifestation, qui réunit plusieurs associations.

Aux côtés de Marion Maréchal ?

Manifester est un droit démocratique. Tout le monde peut y prendre part. Quelle que soit ses convictions politiques. Et je vois des grandes figures issues de la gauche, Sylviane Agacinski ou José Bové, qui s’opposent à cette réforme. J’espère que personne ne sera dissuadé par une forme d’intimidation politicienne.

Vos positions ne contribuent-elles pas à donner l’image d’une droite fort peu moderne ?

Il ne faut pas se laisser intimider par le sens du vent, par la peur de paraître ringard. On ne doit jamais craindre de défendre simplement et paisiblement ses convictions, surtout face à des contradicteurs qui ne cessent d’en changer ; la cohérence est pour moi une belle vertu en politique. Et en réalité, c’est cette loi qui est un contresens historique. Quand les premiers écologistes bêchaient dans le Larzac et nous appelaient à nous réconcilier avec les limites de la nature, tout le monde les prenait pour des réactionnaires passéistes et marginaux. La suite a montré qu’ils avaient raison.

Recueilli par David Revault d’Allonnes

,

Sur une décision importante.

Chers amis,

Après un moment de silence sur cette page, ce simple mot pour évoquer avec vous une actualité politique et une décision qui m’attend, et répondre à vos nombreux messages sur ce sujet.

Il y a quelques semaines, j’ai appris que mon nom était évoqué au sein des Républicains pour mener la liste de ce mouvement aux prochaines élections européennes.

J’ai été bien sûr étonné de cette nouvelle inattendue. Comme vous le savez, après avoir tenté de servir notre pays en prolongeant mon engagement local par une candidature législative, j’ai poursuivi les différentes missions qui m’étaient confiées, auprès de mes élèves, à travers ce métier d’enseignant que j’aime tant, dans mon mandat avec l’équipe municipale à Versailles, ou encore au service des jeunes les plus déshérités au sein d’une association que je dirige bénévolement pour les reconduire vers l’emploi. Cherchant à contribuer, autant que je le puis, à notre vie collective si profondément désorientée, j’ai poursuivi l’aventure lancée avec la belle équipe des Soirées de la Philo, dont le développement partout en France témoigne du besoin de réfléchir et de retrouver un sens, que nous sommes si nombreux à éprouver. Enfin, beaucoup d’entre vous ont partagé avec moi la création de Servir, avec la volonté de repartir ensemble des questions de fond, avec simplicité et sérieux, pour imaginer des solutions concrètes à la crise que nous traversons.

Bref, ce n’est pas la tâche qui manque ! Au milieu de ces activités, je ne pouvais m’imaginer que la perspective de ce nouvel engagement pourrait se présenter.

A l’heure actuelle, la réflexion se poursuit ; les instances des Républicains n’ont pas non plus pris leur décision, et je respecte parfaitement ce temps nécessaire. L’enjeu de ce rendez-vous électoral est immense, dans le moment si singulier que vit notre pays. La fragilité du tissu social dont témoignent les événements récents, l’étendue impressionnante de la défiance envers la vie politique et les institutions chargées de nous représenter – au moment même où nous devons trouver ensemble la force nécessaire pour faire les choix courageux qui sont la condition de notre avenir ; et bien sûr, le carrefour où nous sommes arrivés dans l’histoire de l’Europe : tout cela fait que ce rendez-vous électoral aura une importance décisive pour notre avenir.

Dans cette période de réflexion, j’avais pris le parti de ne pas m’exprimer sur le sujet, mais l’intensification de l’attention médiatique me pousse à partager avec vous cette question. Je mesure l’importance de la responsabilité que représente ce choix ; je ne m’engagerai dans un tel défi que si je peux espérer y être utile à notre pays, en contribuant au renouvellement profond dont nous avons besoin. C’est l’unique critère que j’ai à l’esprit et au cœur dans cette décision.

Je vous en dirai plus bientôt. D’ici là, même si certains le voudraient, je ne répondrai pas au petit jeu stérile des critiques et des caricatures qui, malgré l’ampleur de l’enjeu, n’a pas attendu… Cela n’a aucune importance. Pour l’instant il faut ménager les jours qui viennent pour prendre la meilleure décision, avec sérénité, afin de pouvoir l’assumer ensuite avec une vraie détermination ; si ce défi doit être relevé, alors viendra le temps de l’action, et le moment de tout donner pour réussir. Quoiqu’il arrive j’espère que nous serons nombreux aux rendez-vous qui nous attendent, quels qu’ils soient, car jamais l’énergie d’un seul ne pourra suffire à reconstruire ! Je vous suis déjà infiniment reconnaissant des signes de soutien et de confiance que vous m’envoyez ou que beaucoup d’entre vous publient sur les réseaux sociaux, et qui me touchent profondément.

Il me reste à saisir cette occasion pour souhaiter à chacun d’entre vous, de tout cœur, une très belle et heureuse année, ainsi qu’à vos familles et à tous ceux qui vous entourent. Souhaitons qu’elle soit, autant que possible, une année de paix et de vérité pour notre pays, qui en a tant besoin ; et espérons qu’elle nous donnera l’occasion d’y contribuer, dans chacun de nos engagements. Pour ce qui me concerne, la vie continue avec le travail du quotidien, et je poursuis mon itinéraire pour répondre aux invitations suscitées par Demeure… Je vous tiendrai au courant ici des prochaines rencontres.

Bonne année, et à très bientôt !

Fxb

, ,

Les Echos : « Rien n’est écrit à l’avance. »

Où en serons-nous dans vingt ans ? Pour son anniversaire, le journal Les Echos a posé la question à plusieurs personnes, de Jean-Michel Blanquer à Carlos Tavares, en passant par Jean Jouzel, Erik Orsenna ou Gilles Kepel… Un numéro spécial très stimulant, auquel je suis heureux d’avoir contribué ; voici ma réponse.

A un journaliste qui lui demandait à quoi ressemblerait la grande oeuvre du prochain siècle, Bergson répondit : « Si je le savais, je la ferais ! » Il voulait montrer par là que l’avenir n’existe pas, qu’il n’est pas écrit d’avance. Ce n’est que par une fiction mentale que nous nous représentons demain comme la prochaine étape d’un scénario déjà tout prêt. Bien sûr, la prospective peut dessiner des tendances que les probabilités prolongent ; des évolutions sont à l’oeuvre dont l’élan ne s’arrêtera pas soudainement. Il n’en reste pas moins que nos libertés créatrices peuvent toujours faire surgir demain l’imprévisible et l’inattendu, pour le meilleur ou pour le pire.

Cette propriété de l’histoire humaine se fait sentir en particulier dans certains moments décisifs : car il est, dans nos itinéraires individuels comme dans notre vie collective, des périodes qui ressemblent à des carrefours, à des points de bifurcation, où la nécessité d’un choix nous impose de faire face au poids écrasant de notre propre liberté. Il me semble que les vingt prochaines années sont précisément l’un de ces rendez-vous historiques. Non pas parce qu’ils seraient spécialement marqués par des événements majeurs – ce n’est pas ce qui est en jeu. Mais de façon moins visible, ils nous verront faire des choix qui engageront notre avenir commun d’une manière inédite.

Rien n’est écrit à l’avance

Dans les années qui viennent, nous déciderons de l’avenir de notre environnement ; comme l’a montré le dernier rapport du GIEC, le pire n’est pas encore sûr, mais c’est maintenant qu’il faut agir. Mais l’environnement n’est pas le seul enjeu de notre action sur les grands équilibres de la nature : dans les vingt ans qui viennent, nous déciderons aussi, selon toute probabilité, de l’avenir de notre condition humaine. Après avoir progressé pour réparer les corps humains pendant des millénaires, céderons-nous pour la première fois au rêve de les augmenter, de les transformer, de forcer toutes les limites naturelles pour répondre à nos désirs encore insatisfaits ? Les plus anciens mythes de l’humanité nous avertissent sur le danger de cette bifurcation : elle va devenir possible pour la première fois dans l’histoire ; et c’est déjà l’enjeu évident du débat qui s’engage dès aujourd’hui sur la procréation, dans le cadre des prochaines lois de bioéthique.

Tout cela est dans nos mains, et rien n’est écrit à l’avance. Plus que jamais, la politique ne devrait pas se réduire à une promesse de bonne gestion, de changement sans destination ; elle devrait être l’occasion d’élaborer une vision partagée, qui nous permette d’exercer notre liberté collective. Mais même cet exercice est aujourd’hui menacé : saurons-nous préserver les conditions de la démocratie, reconstruire le commun lui-même, qui n’est jamais une évidence acquise ? Ou bien laisserons-nous se défaire cette unité politique dont nous héritons, par l’abandon de notre souveraineté à des pouvoirs qui ne répondent devant personne, ou par la force corrosive de l’individualisme et des communautarismes ?

Tout cela paraîtra peut-être sombre ; au contraire. Le mot « crise » vient du grec « krisis », qui désigne la décision. Les vingt prochaines années seront effectivement décisives. Il ne faut voir, dans leur incertitude, qu’un signe magnifique de notre responsabilité.

,

Unis pour Servir

Il y a un an avaient lieu les élections législatives. Au cours de cette campagne, j’avais promis de créer un mouvement qui puisse faire durer le lien qui s’était créé avec tous ceux d’entre vous qui m’avaient rejoint dans cette aventure, et pour ouvrir à ceux qui le voudraient cette occasion de travailler et de réfléchir ensemble. On peut tenir une promesse de campagne, quel que soit le contexte ! Nous avons donc travaillé tout au long de cette année, et aujourd’hui nous voilà unis pour Servir !

Pour en savoir plus et nous rejoindre : www.unispourservir.fr

Retrouvez-nous également sur Facebook et sur Twitter.

Retrouver les fondations

Le Figaro Magazine du 30 juin publie, dans sa rubrique Esprits Libres, un long entretien à propos de la situation politique et de l’avenir de la droite. Propos recueillis par Vincent Tremolet de Villers.

Le Figaro – Vous étiez candidat aux législatives et vous avez été battu au second tour de quelques centaines de voix. Quelles leçons tirez-vous de votre passage de la théorie, de la réflexion philosophique à l’action politique ?

FXB – Comme élu local, j’ai déjà vécu plusieurs campagnes ; celle-ci a été totalement atypique du fait de la nouvelle situation politique créé par l’élection d’Emmanuel Macron. En 2012, après la victoire de François Hollande, il était clair pour les électeurs qu’une opposition devait se construire pour équilibrer la vie parlementaire. En 2017, plus personne ne semblait vouloir de cet équilibre. Pendant toute la campagne, on nous a répété qu’il ne fallait pas que le pays soit paralysé – comme si la condition de l’efficacité du gouvernement était l’abandon du pluralisme démocratique… Cette inquiétude ne reposait sur rien, car jamais l’existence d’un groupe parlementaire indépendant du pouvoir n’a empêché les majorités passées de mener les réformes qu’elles décidaient. Le rejet très profond des partis politiques traditionnels a donc entraîné une forme de fatigue démocratique préoccupante. Elle s’est finalement traduite par l’abstention très élevée de ces élections législatives, et par la faiblesse du débat. On nous parle de renouveau, mais jamais l’étiquette d’un parti n’a à ce point suffi à faire élire des députés ! Peu de gens se sont intéressés aux projets, aux engagements passés des candidats, à leur crédibilité personnelle, ou à leur vision de l’avenir. En fait, c’est le regard même que nous portons sur la politique qui est en jeu : voulons-nous redevenir des citoyens actifs, et reconstruire la vitalité de notre débat public, ou préférons-nous nous abandonner à une politique gestionnaire, qui sous prétexte d’efficacité et d’unité nationale nous propose d’absorber ou d’annuler le pluralisme démocratique ?

Que vous inspirent les débuts d’Emmanuel Macron et notamment la restauration d’une incarnation et le souci de rendre à l’école ses raisons premières. N’est-ce pas finalement une bonne nouvelle pour le pays ?

La chance d’Emmanuel Macron, c’est qu’il est impossible de faire pire que son prédécesseur, dont il était hier l’un des principaux soutiens. Son atout, c’est l’incroyable bienveillance de la presse : le charisme très réel de ce jeune président semble devoir suffire à notre bonheur. On nous parle de restaurer l’incarnation de la fonction, mais qu’en est-il réellement ? M. Macron n’a obtenu à son premier sommet européen qu’un refus humiliant de renégocier la directive sur le travail détaché ; il en avait fait, à raison, un combat prioritaire, et le voilà abandonné dès la première occasion. C’est pourtant l’emploi des Français qui est en jeu ! Mais France Info préfère nous raconter que tout le monde l’a trouvé charmant. C’est la même chose pour l’éducation : Jean-Michel Blanquer porte une vision de l’école plus pragmatique que celle du gouvernement précédent, dont M. Macron faisait partie. Il fait des annonces encourageants : il déclare par exemple le rétablissement des classes bilangues, ou des langues anciennes, si bien que beaucoup croient que tout cela est réalisé. Mais dans les faits, rien n’a changé… Les établissements scolaires n’ont pas vu un seul changement pour la rentrée prochaine. Il faut que les médias fassent leur travail !

« La France est à droite », « les conservateurs ont gagné la bataille des idées », ces formules ont émaillé le quinquennat Hollande pour aboutir à une déroute de la droite et au triomphe de Macron. Les défenseurs du « réel » ont-ils vécu dans le virtuel ? 

Il ne s’agit pas de la droite, mais de la France. Ce qu’Emmanuel Macron a parfaitement perçu, c’est que le clivage politique dont nous héritons n’a plus de sens pour penser les problèmes que notre pays rencontre aujourd’hui : l’opposition entre la gauche et la droite s’était largement structurée autour du Mur de Berlin, à travers l’acceptation ou le refus de l’économie de marché. Le mur s’est écroulé ; mais le fait que les partis de gouvernement soient désormais d’accord pour reconnaître la nécessité d’une économie libre, ne signifie pas que la démocratie doive s’achever dans un consensus gestionnaire ! La politique ne se réduit pas au marché. Et il est clair que la société est traversée par une demande de repères et de stabilité très forte – qu’Emmanuel Macron a eu l’intelligence de ne jamais heurter de front. Il est ainsi apparu comme acceptable pour beaucoup d’électeurs qui, sur le fond, ne partagent sans doute pas sa vision du monde. Le succès d’En Marche est moins dû à la victoire des idées progressistes qu’à la défaite des autres candidats, et notamment au rejet profond qu’a inspiré François Fillon. Le candidat de la droite s’est révélé en contradiction manifeste avec l’exigence d’exemplarité qui avait tant contribué à son succès dans la primaire : il n’a pas perdu à cause des idées qu’il avait défendues, mais parce qu’il ne leur avait pas été fidèle. Son échec n’était donc pas écrit d’avance dans la sensibilité politique qu’il incarnait ; et il ne faudrait pas en déduire que toute la France est devenue progressiste. Cette année aura simplement prouvé que l’histoire existe encore, dans toute sa contingence… Il faut maintenant en tirer les enseignements. La demande de protection, de permanences, de transmission, n’a certainement pas disparu avec les derniers résultats électoraux. Mais si la droite veut porter cette aspiration, il faut qu’elle fasse l’effort de se renouveler en profondeur dans sa vision, dans ses propositions et dans ses pratiques politiques.

Pour reconstruire la droite, faut-il, comme le dit Xavier Bertrand, qu’elle se préoccupe des questions d’inégalités sociales plutôt que d’identité ou d’immigration ?

Une chose est sûre : la droite a fini par apparaître comme un syndicat de défense des privilégiés – et c’est une catastrophe politique, non pour la droite seulement, mais pour le débat politique français. Parce qu’ils n’ont pas fait l’effort de se renouveler, par paresse intellectuelle, par tactique électorale parfois, les partis de gauche et de droite ne se distinguent plus que par des variations de curseur en matière de fiscalité, d’endettement, d’effectifs dans la fonction publique – et finalement par l’opposition caricaturale et dangereuse de deux clientèles : les aisés contre les aidés. La défense de François Fillon face aux affaires a parachevé ce cliché. C’est évidemment un désastre : la démocratie ne peut pas être l’expression d’une lutte de classes, mais le choix entre des projets qui touchent à notre avenir commun, et qui devraient pouvoir parler à chaque citoyen, quelque soit son niveau de vie. Il faut donc que la droite non seulement reparle aux plus déshérités, mais qu’elle se consacre à eux avant tout ; ce qui ne signifie pas qu’elle doive se renier, au contraire ! C’est pour eux d’abord qu’elle doit parler de sécurité, de transmission, d’identité… Quand l’école échoue à transmettre notre culture, ce sont les enfants des familles les plus modestes qui en paient le prix fort. Quand nous renonçons à combattre clairement l’islamisme, ce sont les quartiers les plus défavorisés que nous abandonnons sous l’étau de cette idéologie. Quand nous asphyxions les entreprises sous le poids des charges et de la complexité administrative, ce sont des jeunes et des chômeurs qui sont exclus, empêchés d’accéder à un emploi. Et quand nous abdiquons toute volonté de maîtriser les flux migratoires, ce sont encore les plus vulnérables qui en sont victimes : les Français les plus précaires, les plus exposés aux turbulences économiques et aux tensions sociales que cela créé ; mais aussi les migrants eux-mêmes, pris au piège du mirage d’un faux eldorado, que nous laissons seulement entrer sans retour dans la nasse de la misère. Refuser d’affronter ces questions, ce serait encore s’enfermer dans le monde des inclus, dans l’entre-soi des élites.

Plus largement les catégories populaires semblent être laissées à la France insoumise et au FN. N’est-ce pas inquiétant de voir se mettre en place un vote de classe ?

C’est très inquiétant en effet. Jamais nous n’aurons vécu un vote aussi socialement déterminé. L’élection d’Emmanuel Macron aura été déterminée par des oppositions sociologiques, géographiques : c’est le vote des centres urbains contre la France périphérique. Il est urgent de rompre avec cette logique mortifère. Le politique consiste à mettre fin au conflit des intérêts catégoriels, à la lutte de tous contre tous, pour la remplacer par le sens de la cité, de la polis, c’est-à-dire par la préoccupation pour un bien qui nous est commun. Le dialogue politique, en particulier en démocratie, suppose le pluralisme ; mais le recoupement des clivages partisans et des oppositions sociales signerait la fin de la démocratie comme un exercice de choix collectif. Cela nous impose de reconstruire en profondeur les clivages politiques ; et de ce point de vue le succès d’En Marche peut nous y aider, si Emmanuel Macron choisit d’incarner le progressisme intégral qu’il a souvent revendiqué. A ce progressisme, la droite peut apporter une réponse cohérente, intelligente et concrète – une réponse qui est sans aucun doute attendue notamment par les classes populaires, qui aspirent plutôt à une politique qui protège qu’à la passion du mouvement permanent.

Vous défendez dans vos interventions publiques la supériorité de l’esprit sur la matière et l’établissement de limites contre l’extension illimitée du marché. Les électeurs de droite au bout du compte ne préfèrent-ils pas défendre leurs valeurs économiques et financières avant les valeurs morales et spirituelles ?

Encore une fois il ne s’agit pas de retrouver des valeurs qui seraient propres à la droite, mais de reconstituer une préoccupation pour le bien commun. Emmanuel Macron a affirmé, dans son meeting de Bercy, que son projet politique était celui de « l’émancipation de l’individu. » Pour ma part je crois profondément que l’individu ne trouve sa liberté et sa sécurité que dans les liens qui le rattachent aux autres – et que c’est en protégeant ces liens dans la famille, l’éducation, la santé, la solidarité, que nous pourrons reconstruire une société plus apaisée et plus unie. Mais si la droite veut porter ce renouveau véritable dont nous avons tant besoin, elle ne peut pas se contenter d’oppositions et d’anathèmes : il faut d’abord qu’elle s’interroge sur l’individualisme qui la traverse elle aussi, dans sa vision du monde, ses propositions politiques, ses stratégies électorales, et jusque dans les pratiques de ses cadres… C’est une question qui concerne les élus, mais aussi les électeurs et les citoyens que nous sommes.

Tous les leaders des républicains parlent d’une « refondation » de la droite, comptez-vous y prendre part ?

Il faut en effet retrouver les fondations, non seulement de la droite, mais de notre débat public. Ce n’est pas uniquement de la droite qu’il s’agit en effet, car dans la recomposition qui s’annonce, je suis sûr que des convergences inattendues peuvent se produire. Au second tour de l’élection législative, parmi les milliers d’électeurs qui ont choisi de me soutenir, il y avait beaucoup d’écologistes ou d’électeurs de gauche. Beaucoup d’entre eux peuvent se reconnaître dans un projet qui refuse l’individualisme de la société liquide, et qui réponde à la fascination pour le progrès à tout prix par la volonté de préserver et de transmettre ce qui nous précède – notre héritage naturel et culturel. Ce double héritage sera le grand sujet des années à venir : il constitue tout ensemble le patrimoine fragile et précieux que nous devons aux générations qui viennent, comme une condition de la vie, et d’une vie authentiquement humaine. Autour de cette responsabilité collective, un projet politique peut se reconstruire, qui préserve notre lucidité collective des mirages du progressisme. Pour ma part, oui, je voudrais continuer d’œuvrer à mon humble mesure pour y parvenir, et contribuer à la recomposition du débat, à ce renouvellement profond que la France attend. C’est un enjeu politique majeur bien sûr ; mais comme toute véritable révolution, ce changement passera d’abord par le chemin de la culture, des idées, de l’intelligence, et par une prise de conscience au cœur de la société. Voilà sans doute le défi qui attend notre pays, et ma génération en particulier.

.