Grand débat dans Le Point

A quelques jours du premier tour, long débat avec Jean-Louis Bourlanges, l’un des grands soutiens d’Emmanuel Macron, dans les colonnes du Point. Texte complet à retrouver sur six pages dans l’édition du magazine datée du 20 avril 2017.

« En fait, nous avons vécu trop longtemps avec l’idée que le « plébiscite de tous les jours », qui définit la nation selon Renan, allait de soi. Mais pour que ce choix commun soit possible, il faut une construction préalable, que nous avons oubliée. Cette condition du commun, la plus décisive et la plus oubliée, c’est la culture. Le démocratie suppose une langue commune, qui donne aux mots un sens partagé ; et cela n’est plus acquis en France, du fait de l’effondrement de notre système scolaire en particulier. Cet effondrement, cet oubli, ils sont nés de l’idée d’un citoyen abstrait, désincarné, immédiatement rationnel. Mais pour faire naître le citoyen, pour accomplir l’humain dans son lien à l’universel, il faut la médiation d’une culture particulière. La culture singulière qui a fait la France, nous l’avons niée, comme si le particulier était synonyme d’exclusion. Mais aucune ouverture à l’universel ne se réalise immédiatement, sans la médiation du particulier. Un symptôme tragique de cet état d’esprit aura été le grand rendez-vous manqué de 2005, ce débat impossible sur les racines chrétiennes de l’Europe. Nous paierons longtemps notre incapacité à nommer notre héritage ; car l’Europe n’est plus rien quand on la décrit comme un universel abstrait. Même notre laïcité s’explique par notre histoire chrétienne ! Et comment faire vivre la France s’il n’y a pas de culture française ? La grande question est là : saurons-nous nous réconcilier avec cet héritage, ou allons-nous sacrifier à notre universalisme désincarné toute notre histoire, et du même coup tout ce qui rend possible notre avenir commun ? »

« Vous dites que le programme de François Fillon est trop « dur » ; mais le seul projet généreux aujourd’hui, c’est celui qui prend au sérieux le problème énorme de la dette. 2200 milliards de dettes : voilà le poids avec lequel notre génération entre dans la vie active. La dette est parfois un investissement nécessaire pour l’avenir ; mais quand la totalité de l’impôt sur le revenu est englouti par les intérêts de la dette, quand on emprunte pour pouvoir rembourser des emprunts déjà contractés, c’est une trahison de l’avenir. J’ai du mal à comprendre qu’on trouve violent le seul projet qui assume une vraie responsabilité envers la jeunesse ! La politique s’est dissoute dans cette inconséquence répétée des majorités de gauche et de droite qui, pendant des années, ont fait peser la facture de leurs succès électoraux sur le dos des générations qui viennent. Et l’incohérence du « en même temps » qui parsème les promesses de M. Macron – il faut réformer mais « en même temps » ne pas le faire trop franchement – est un nouvel habillage du même cynisme : une fois de plus, la jeune génération paiera demain au prix fort les illusions avec lesquelles on nous attire aujourd’hui. »

« Je ne crois pas que, pour relever les défis politiques nouveaux qui nous attendent, il faille abdiquer les formes politiques dont nous avons hérité. Le danger serait de se laisser imposer l’idée d’un sens de l’Histoire, qui irait d’une politique encore « néolithique », comme vous la qualifiez, à une gestion enfin rationnelle et technique des enjeux internationaux. Le grand malentendu vient de ce que la construction européenne a fini par se confondre avec cette utopie que Carl Schmitt appelait « la dépolitisation du monde ». Bien sûr nous avons à relever des défis nouveaux, face à la mondialisation, au terrorisme international, à l’urgence écologique. Mais la question des formes politiques qui permettront de résoudre ces défis n’est pas une question technique, et aucun équilibre durable ne sera trouvé dans le remplacement du citoyen par l’expert. L’exercice politique demeure la forme indépassable de la liberté, et le plus sage moyen de chercher ensemble le juste et le vrai. Pour que l’idée européenne ne soit plus synonyme de dépossession démocratique, pour que le dialogue public reprenne sa vitalité, il nous faut d’abord retrouver le sens des conditions essentielles à cet exercice politique – et la première de ces conditions est la reconnaissance d’une culture partagée. »

.

2 réponses
  1. François
    François dit :

    Lorsque vous écrivez: »Le démocratie suppose une langue commune, qui donne aux mots un sens partagé ; et cela n’est plus acquis en France, du fait de l’effondrement de notre système scolaire en particulier. Cet effondrement, cet oubli, ils sont nés de l’idée d’un citoyen abstrait, désincarné, immédiatement rationnel. » Je ne crois pas que le problème du sens partagé des mots se trouve dans l’effondrement d un système scolaire, d’autant plus que ce problème est mal identifié puisqu’il s agit au contraire d une normalisation du langage autour d une idéologies de déconstruction (d ou l illusion de perte de sens ). D’ailleurs on le perçoit dans la suite de la citation: ce problème de destruction du langage est directement issue de l’individualisme qui désincarne le citoyen en le substituant par un individu bien pensant (dit « immédiatement rationnel  » par ce que soumis au spectacle …)

    Répondre
  2. Martin de Waziers
    Martin de Waziers dit :

    Merci, Monsieur, d’être aussi clair sur la culture qui, comme son nom l’indique si justement, a besoin d’un bon terreau ancestral pour permettre une production digne de ce nom. Sans racines, un arbre ne pousse pas! Merci aussi de rappeler l’enjeu de la jeunesse désabusée, voire en colère, comme le montre les sondages… Nous devons l’écouter et la suivre, y c. dans son imagination sans bornes d’un monde meilleur. Quant à la démocratie à laquelle vous faites allusion dans le dernier paragraphe, allons plus loin et établissons des votations à la suisse. Si nous étions plus d’un million à avoir contribué au livre blanc sur l’éducation de Luc Ferry, le travail n’a pas été respecté car enfoui dans les entrailles du mammouth de l’Education Nationale que l’on devrait renommer Instruction Publique pour rendre à la famille ses droit et devoir fondamentaux sur l’éducation de la jeunesse. MW

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *