3. Actions et réalisations sur le terrain

,

Philia : vers la sixième saison

L’année des Soirées de la Philo s’achève, avec les dernières dates dans les villes qui ont rejoint l’expérience… Je profite de ce moment pour dire un immense bravo à toute l’équipe avec qui nous portons ce beau projet – et pour redire encore de tout cœur ma profonde reconnaissance aux milliers de personnes qui ont partagé avec nous cette cinquième saison ! Grâce à vous, cette proposition toute simple est devenue une étonnante aventure…

Elle continuera de se développer l’année prochaine, avec un nouveau cycle : tous les quinze jours, j’aurai la joie de vous emmener à la rencontre des philosophes. Nous passerons une soirée en compagnie de Platon, puis d’Aristote, de Hegel ou de Nietzsche, et de bien d’autres encore… Et en parallèle, nous continuerons les conférences tous les quinze jours sur de grandes questions, qui seront renouvelées comme chaque année – n’hésitez pas à me proposer les thèmes qui vous intéresseraient !

Vous pouvez réserver dès maintenant votre place pour ces deux cycles, les abonnements étant en nombre limité… L’inscription s’effectue sur cette page.

Et en attendant ce nouveau développement, vous pouvez bien sûr, même si vous n’étiez pas abonné cette année, retrouver en ligne toutes les soirées de cette saison, en podcasts et en vidéos.

,

7ème Finale des Vendredis du Rock

La semaine dernière a eu lieu la finale de la 7ème saison des Vendredis du Rock, devant plus de 250 spectateurs. Primitive, Jamwalkers, Solace et Le Horla étaient sélectionnés pour ce dernier concert, à l’issue des soirées qui les ont départagé tout au long de l’année avec la quinzaine de groupes en sélection…

Créé à Versailles en 2011 par François-Xavier Bellamy et François de Mazières, les Vendredis réunissent le meilleur de la jeune scène musicale d’Île-de-France, s’inscrivant dans l’héritage des pionniers de la « Versailles Touch » (Phoenix, Air, Etienne de Crécy, Alex Gopher). Les finalistes des années précédentes ont eu l’occasion de poursuivre un beau parcours, à l’image de Tim Dup qui a récemment joué en ouverture du Printemps de Bourges : ils ont été programmés à Rock en Seine (Encore!), aux Solidays (Saint-Michel), aux Vieilles Charrues (Saint-Michel) ou aux Transmusicales (Encore!) et ont signé avec de grands labels (Saint-Michel chez Sony Music / Columbia, Casareggio chez Roy Music, Tim Dup chez Warner Chappell Music, Les Frangines chez Jo and Co). Ils sont également passés par « La Nouvelle Star » pour Clarisse Mây et par « The Voice » pour Côme, ancien leader des Bohemians.

Pour cette septième édition, c’est Le Horla qui a remporté la finale, et qui conclura donc la programmation de la prochaine Fête de la Musique…

En savoir plus : www.jversailles.fr

Images : Clophoto

,

Rencontres sur l’éducation en Italie et en Espagne

Il y a un petit moment que je ne vous ai pas donné de nouvelles sur ces pages. Les dernières semaines ont été l’occasion de travailler sur plusieurs projets, dont je vous parlerai prochainement…

Je voudrais revenir sur un moment marquant, les quelques jours très intenses que j’ai eu l’occasion de passer récemment en Italie et en Espagne, pour une série de conférences et de rencontres autour de l’éducation. Une traduction des Déshérités est parue en italien il y a plus d’un an déjà, et en espagnol au mois de mars dernier. C’est bien sûr une très belle expérience pour moi de pouvoir rencontrer des lecteurs d’autres pays.

Ces quelques jours au nord de l’Italie ont été rythmés par plusieurs conférences à Milan, Varese, Turin, Côme… J’en ai profité à chaque fois pour répondre, dans la journée, à l’invitation d’établissements scolaires très variés, et j’ai pu chaque jour visiter des écoles, intervenir auprès des élèves ou rencontrer les enseignants. J’ai été très impressionné de découvrir que plusieurs équipes pédagogiques ont choisi de travailler à partir des Déshérités. Ce voyage a également été l’occasion d’entretiens avec plusieurs médias italiens. Je suis ensuite parti pour Madrid, où j’étais invité à conclure un colloque national sur l’éducation, organisé par des professeurs passionnés, que j’ai eu la grande chance de rencontrer à cette occasion.

De ces quelques jours, je reviens avec plusieurs sentiments. Le premier, c’est une surprise mêlée de reconnaissance pour le chemin étonnant qu’aura fait ce petit livre. Conduit à cette question de la transmission par ma propre expérience de jeune professeur plongé dans la crise de notre école, je suis toujours profondément touché de voir que tant de personnes, enseignants, parents, éducateurs, avec souvent bien plus d’expérience que moi, partagent les aspirations et les difficultés que je tentais de décrire. Ce livre était une réponse bien modeste à un immense problème de notre temps ; et je n’aurais jamais pu prévoir qu’il recevrait un tel écho… Je m’attendais encore moins à ce que cette réflexion, que je pensais si liée au contexte français, puisse trouver un écho dans d’autres pays ! Pourtant, pendant ces quelques jours, malgré la barrière de la langue et la complexité qu’impose la traduction simultanée, j’ai retrouvé la même expérience que dans les nombreuses rencontres que j’ai pu vivre en France : le même intérêt pour ces questions pédagogiques, des inquiétudes similaires sur la crise éducative, mais aussi la même ferveur dans les échanges, et autant d’émerveillement à réfléchir ensemble sur la nécessité essentielle et oubliée de la transmission.

Cela conforte en moi cette certitude, déjà bien souvent répétée : la crise de l’école n’est pas le problème de l’école. Bien sûr, notre éducation nationale peut progresser ; mais le défi éducatif que nous connaissons est d’abord le signe d’une difficulté qui traverse en profondeur notre société française, et plus généralement notre modernité. Comme l’écrivait Péguy, « les crises de l’enseignement ne sont pas des crises de l’enseignement ; elles sont des crises de vie. » Eh bien, il semble que toutes les sociétés occidentales sont aujourd’hui traversées par cette même « crise de vie générale » ; et l’expérience que j’ai vécue ces dernières années m’a permis d’observer que, à Londres, à Bruxelles, à Milan ou à Madrid, nous sommes conduits aux mêmes renoncements, qui nous condamnent aux mêmes échecs. Si la question de la transmission se pose partout, c’est qu’elle n’est pas d’abord un sujet de méthodes ou de moyens, mais une question bien plus essentielle. « Quand une société ne peut pas enseigner, écrit Péguy, ce n’est point qu’elle manque accidentellement d’un appareil ou d’une industrie ; quand une société ne peut pas enseigner, c’est qu’une société ne peut pas s’enseigner ; c’est qu’elle a honte, c’est qu’elle a peur de s’enseigner elle-même ; pour toute humanité, enseigner, au fond, c’est s’enseigner. »

Et cependant il y a tant d’éducateurs qui ont au cœur la passion de transmettre ! De ce point de vue, je reviens aussi de ces quelques jours avec beaucoup d’admiration et d’espérance. Admiration pour les nombreux parents, enseignants, chefs d’établissement que j’ai eu la chance de rencontrer, et dont beaucoup m’ont marqué par leur courage, leur générosité, leur inventivité – mais aussi par la simplicité avec laquelle ils partagent ensemble leurs doutes et leurs difficultés, ce que peut-être nous avons plus de mal à vivre en France. Admiration aussi, bien sûr, pour la maturité des élèves avec qui j’ai eu la joie d’échanger, pour les talents qu’ils mûrissent – ces apprentis qui à Côme m’ont fait découvrir leur atelier d’ébénisterie, ou ces élèves milanais avec qui nous avons lu Baudelaire… Je garderai longtemps le souvenir de très beaux moments, qui m’ont profondément touché : parmi eux, je voudrais citer la découverte d’une école extraordinaire, Cometa, créée par un couple italien pour accueillir des jeunes en difficulté, et qui leur offre le meilleur – le cadre le plus beau, stimulant et bienveillant, pour qu’ils puissent s’y construire. Un autre moment rare a été un dîner partagé à Madrid, avec de nombreux collègues notamment, au cours duquel nous avons pu échanger avec beaucoup de simplicité ce que nous avons au cœur, nos joies d’enseignants et nos raisons d’espérer. Bien sûr, ces quelques rencontres pèsent bien peu de choses à côté de l’actualité internationale bien préoccupante de cette période. Mais puisque nos défis et notre avenir seront communs, même si le signe est bien discret, je puis le dire : ces amis d’Europe croisés trop rapidement, et que j’espère revoir bientôt, font désormais partie pour moi de ces raisons d’espérer… Grazie mille e a presto – muchas gracias y hasta pronto !

Articles sur les Déshérités :

,

Le Mois pour l’Emploi

En 2011, la Ville de Versailles a crée l’opération « 24 heures vers l’Emploi », devenue aujourd’hui « Un Mois pour l’Emploi ».

Face à la crise de l’emploi, une mairie ne dispose pas normalement de moyens d’action, puisque l’Etat a conservé la responsabilité de ce sujet. Mais confronté de façon très régulière aux demandes et aux inquiétudes de nombreuses personnes en recherche d’emploi, notamment dans le cadre de notre travail auprès des jeunes, j’ai proposé au Maire de créer un dispositif innovant pour apporter une réponse qui soit concrète et efficace, sans nécessiter pour autant la création d’un doublon administratif avec les services de l’Etat.

Suite à une première édition réussie, le Mois pour l’Emploi a vu très rapidement le public s’ouvrir à toutes les générations ; il a été réédité à sept reprises depuis sa création, avec une ampleur chaque année plus importante. Il a lieu traditionnellement en mars : pendant un mois, des ateliers sont proposés gratuitement et en libre accès, à tous ceux qui veulent faire un point sur leur parcours, retravailler ou produire un CV, s’entraîner aux entretiens de recrutement… Des conseillers professionnels ou bénévoles, ainsi que des associations spécialisées, sont présents pour les accueillir de façon individualisée.

Au terme de ce mois, un Forum Emploi a lieu à la Mairie. Il réunit des dizaines d’entreprises et d’institutions venues proposer des contrats précis et publiés à l’avance, et accueille chaque année autour de 2000 participants. En 2016 par exemple, le Forum Emploi a permis que 1963 personnes rencontrent des entreprises de toutes tailles, mais toutes implantées sur le bassin d’emploi en proximité. Du fait du rayonnement de cet événement désormais bien implanté, les participants viennent d’ailleurs de toutes les communes de notre territoire.

Le Mois pour l’Emploi s’est ouvert à d’autres communes et à de nouvelles entreprises, grâce au partenariat depuis deux ans avec la Mairie de Vélizy ; il reflète aussi le dynamisme et le grand professionnalisme des associations impliquées sur les questions d’emploi sur notre territoire, qui sont un atout vraiment essentiel pour tous ceux qui dans notre ville cherchent à rebondir vers un emploi, ou à recruter.

Toutes les informations sur cette nouvelle édition : www.jversailles.fr

,

Nouveaux succès pour l’UVSQ

Après avoir été classée pour la première fois cette année dans le World University Ranking du Times Higher Education, l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines (UVSQ) a fait son entrée dans le TOP 250 du classement THE en sciences sociales. Classée dans le TOP 400 des meilleures universités mondiales du World University Ranking (WUR) 2018 du THE, l’UVSQ se trouve au 12ème rang national parmi 31 établissements classés.

Ce classement évalue les institutions en fonction de la qualité de leur enseignement, de leur recherche, de leur transmission du savoir, et leur ouverture internationale.

Dans le classement 2018 par catégorie du THE, L’UVSQ est dans le TOP 250 du domaine sciences sociales. Elle est classée 4ème française, derrière Sciences Po Paris, PSL et Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Ces résultats viennent conforter le travail effectué par toutes les équipes de l’Université, mais aussi l’effort engagé depuis une dizaine d’années pour reconstituer et approfondir le lien avec Versailles, siège de l’Université et de son campus de sciences. La compétition mondiale suppose des champions qui soient bien soutenus dans leur territoire !

Un signe parmi d’autres de ce lien qui nous rapproche, nous recevions récemment avec François de Mazières la cérémonie de remise de diplômes de Master de l’UFR de Sciences à la Mairie de Versailles ; l’occasion de constater avec la même admiration la qualité de l’insertion professionnelle des étudiants de l’université quelques mois seulement après la fin de leurs études, et de valoriser leurs formations auprès des entreprises qui les accueillent en alternance.

Pour en savoir plus : www.jversailles.fr