,

Pâques

« Cloches de retour au matin de Pâques, pour nous aussi vous ressuscitez les beaux jours candides, les réveils dans un éclat de rire, les volets écartés devant la prairie où l’aube, en s’évadant, avait laissé sa blancheur comme un dernier voile oublié. Le jeune soleil splendide nous aveuglait et nous voilions nos visages ; nos mains, sur nos yeux, étaient transparentes et toutes pénétrées de lueur. On se criait Alléluia d’une chambre à l’autre ; nous étions joyeux parce que nous étions immortels.

L’enfant qui, au réveil, fermait les yeux dans trop de lumière ce matin de Pâques empli de cloches et d’oiseaux – je verrai son éblouissement éternel. Désormais nous croyons qu’aucun visage n’est effacé à jamais, qu’aucun regard ne s’éteint, et que tout amour s’accomplira. »

– François Mauriac, Impressions et Réflexions

Il y a près d’un siècle, Mauriac évoquait cette « victoire, difficile victoire » qu’est l’espérance de Pâques, à travers cette réconciliation avec l’esprit d’enfance. Nous vivons aujourd’hui cette espérance en union avec tous ceux qui traversent la nuit de l’épreuve, et en particulier Marielle Beltrame, et tous les proches des victimes des récents attentats… Oui, nous voulons le redire avec eux : « Tout amour s’accomplira. »

Très belle fête de Pâques à chacun d’entre vous !

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *