«

»

déc 01

Imprimer ceci Article

Droits des femmes : chercher l’égalité, ou l’uniformité ?

Aujourd’hui se tenait la réunion du Comité Interministériel sur les Droits des Femmes : bonne nouvelle. Il y a des comités par dizaines, mais quand par extraordinaire il s’en réunit un sur un vrai sujet, on ne peut que s’en réjouir. Dans notre société, trop d’injustices réelles pèsent encore sur les femmes, sur les mères en particulier, si souvent abandonnées à une responsabilité qu’elles portent seules pour le bien de tous.

Sur ce point, parmi d’autres, il y a urgence : toutes les associations de lutte contre l’exclusion constatent que la grande pauvreté, qui augmente dans notre pays, touche de plus en plus majoritairement les femmes, contraintes d’assumer seules la charge d’une famille. Seules, à cause de la fragilité des unions et, il faut bien l’admettre, à cause de ce qui ressemble à un égoïsme mieux partagé par les hommes…

J’ai donc lu avec attention le document issu de la réunion de ce comité. J’imaginais y trouver des mesures d’accompagnement pour ces mères en difficulté qui n’arrivent plus à joindre les deux bouts, pour qui l’alimentation et la santé ne sont même plus accessibles ; je pensais lire des pistes concrètes pour permettre aux femmes de faire des choix vraiment libres, sans avoir à les payer si cher. Je m’attendais à un projet de valorisation de la place des femmes dans la société, seule voie qui puisse montrer que la parité est nécessaire à l’expression de nos différences.

Hélas, j’ai rapidement du reconnaître ma méprise : au lieu de ces mesures urgentes, consistantes, je suis tombé sur un texte militant pour la théorie du genre… Ce n’est pas difficile à reconnaître, tous les ingrédients y sont.

Cela commence par un travail de culpabilisation en bonne et due forme. Vous êtes tous sexistes, sans le savoir. Oui, vous. Toi, là, qui me lis, tu es un infâme sexiste. – Et que tu sois une femme n’y change rien, cela ne fait qu’aggraver ton cas. – Oui, vous me lisez bien : nous véhiculons malgré nous des jugements sexistes, c’est-à-dire que nous partageons, consciemment ou non, un même mépris condamnable de la condition féminine. Pécheurs avant d’avoir voulu pécher : voilà une stratégie de culpabilisation que le Nietzsche de la Généalogie de la Morale aurait reconnue à sa juste valeur.

La solution s’impose en effet tout naturellement : laissez-vous rééduquer. Mme Vallaud-Belkacem a commencé par rééduquer ses collègues du gouvernement, maintenant c’est à votre tour. Ou plutôt non, vous, vous êtes sans doute déjà périmé, perdu pour la cause. Ils vont donc s’occuper de vos enfants.

Commence alors le plus formidable projet de détournement de la mission de l’Education nationale qu’on puisse imaginer. De la maternelle à l’Université, inculquer les postulats du gender devient une priorité absolue : sensibilisation à l’égalité au primaire, au collège, au lycée (le terme sensibilisation revient 32 fois dans ce compte rendu), cours sur le genre dans tout l’enseignement supérieur, financement des recherches sur le genre, formation à l’égalité de genre pour les profs (les pires coupables d’ailleurs, mais ça, ils finissent par avoir l’habitude). Bref, à l’école on n’apprend toujours pas à lire correctement, mais au moins on va « réapprendre une autre société. » Une école qui rééduque avant  même d’éduquer : tout un programme…

Pourquoi est-ce grave ? Parce que l’école, et tous les moyens de l’Etat, se trouvent mis au service de cette thèse très particulière qu’est la théorie du genre. Elle consiste à affirmer que l’homme et la femme sont, non pas égaux, mais identiques. Il n’y a pas entre eux de différences ; ou plutôt, toute différence doit être immédiatement dénoncée comme le résultat d’un « stéréotype sexiste », ces fameux préjugés du « sexisme d’habitude » que dénonce Mme Vallaud-Belkacem. Le gouvernement ne lutte pas pour l’égalité, mais pour l’uniformité. Ce faisant, au lieu de servir la liberté réelle des femmes, il les enferme dans un nouveau carcan.

La théorie du genre peut être, comme toute théorie, stimulante, intéressante, et discutable. En faire un dogme incontesté, c’est d’abord une supercherie intellectuelle ; mais la convertir en programme politique, c’est surtout prendre le risque d’une gigantesque régression pour les droits des femmes elles-mêmes. Demain, le service public d’orientation que le gouvernement prépare jettera le soupçon sur une jeune fille qui souhaiterait s’engager dans le secteur médical ou social, en expliquant publiquement que son désir repose sur des réflexes sexistes. Pour Mme Vallaud-Belkacem, le but n’est pas de faire en sorte que chacun puisse faire un choix vraiment personnel ; le but, c’est que l’Etat organise une société où il y ait 50% d’hommes chez les sages-femmes, et 50% de femmes chez les maçons. Invitée sur un plateau télé il y a quinze jours, notre ministre du droit des femmes a offert à la journaliste qui la recevait, jeune maman d’une petite fille, un jeu de bricolage en guise de cadeau pour son enfant : qu’elle ne s’avise pas de jouer à la poupée ! Il faut être ferme, n’est-ce pas : c’est comme ça qu’on prépare les maçon(ne)s de demain.

Il est triste de voir ce gouvernement asservi à la théorie du genre, pourtant restée marginale dans la communauté scientifique elle-même. Triste de voir autant de moyens déployés au service d’un projet aussi oppressant. La « société de l’égalité » qu’on nous promet, c’est en effet la société uniforme de l’universel quota. C’est aussi l’obligation faite aux femmes d’entrer dans la stupide course aux pouvoirs superficiels de l’argent et de la politique – puisque y renoncer serait une défaite devant les « stéréotypes. » C’est, au fond, l’alignement de la féminité (encore un mot condamné) sur ce qu’il y a de pire dans l’instinct machiste : faire carrière à tout prix, et même, par exemple, au prix d’une voie singulière vers le bonheur.

Bien sûr, il faut qu’une femme puisse faire carrière si elle le veut, exercer des responsabilités, trouver sa place dans le domaine qui l’attire. Et l’école doit se battre pour cela. Je refuse catégoriquement d’être considéré comme un sexiste qui s’ignore, moi qui travaille chaque jour, avec mes 852 906 collègues, pour aider des jeunes, garçons ou filles, à préparer leur avenir. Mais l’école ne peut offrir la même chance à tous qu’en assumant plus efficacement sa seule véritable mission : transmettre la connaissance. Tout ce que l’on ajoutera à cette unique vocation sera, au mieux, de la communication sans effet ; au pire, un détournement du service public à des fins partisanes, fussent-elles camouflées derrière les meilleures intentions du monde.

.

Lien Permanent pour cet article : http://www.fxbellamy.fr/blog/2012/12/01/egalite-ou-uniformite/

6 Commentaires

3 pings

Passer au formulaire de commentaire

  1. Pierre B.

    Au-delà de ces problèmes politiques (qui me semblent difficilement contestables), je me demande si parler de théorie du genre rend vraiment justice à ce que sont les gender studies. Pour pouvoir bien débattre, ne faudrait-il pas préalablement se mettre d’accord sur les termes employés et donc en chercher un plus adapté et plus axiologiquement neutre que celui-ci ?

  2. Maïalen Coutansais

    Encore une fois, MERCI.

  3. Fondudaviation

    Excellentes analyse et observations. Il y a d’ailleurs un étrange paradoxe, voire une contradiction flagrante entre la recherche de l’égalité/uniformité (via l’établissement de « quota », 50%-50%) et la négation des sexes sous-tendue par la théorie du gender. S’il n’existe pas (ou plus) de sexes, sur quelles données seront basés les quotas ? Sur les genres revendiqués, avoués, notoirement reconnus ? Cela promet de beaux procès en discrimination.

  4. Steph

    Bonjour. Je vais juste me permettre une remarque. Il me semble que c’est une erreur que de parler de « la théorie du genre ». En effet, les études de genre sont extrêmement variées et ne donnent pas lieu à une formulation théorique uniforme comme le laisse entendre l’expression de « théorie du genre ». D’ailleurs, beaucoup de ces études cherchent plus à donner des clés de lecture qu’à bâtir des théories. Employer cette expression est donc leur faire un mauvais procès d’intention et méconnaître les débats qui peuvent les animer. Donc si Najat Vallaud-Belkacem fait référence au genre, il importe plutôt de savoir s’il s’agit seulement du concept, ou si elle mobilise également un argumentaire (ou des accusations) issu des études féministes engagées, qui font certes partie des études de genre mais ne les résument pas, ou issu d’un « simple » discours militant.
    Voilà, j’en ai terminé. Je voulais juste faire cette remarque, car je trouve que la reprise de cette expression de « théorie du genre », que l’on retrouve à toutes les sauces en France sauf dans les études de genre, risque de rendre votre propos moins convaincant, voire un poil caricatural.

    1. FXB

      Merci pour votre message. Vous avez raison de pointer cette simplification ; il est clair que Najat Vallaud-Belkacem fait référence à la conception militante (ou à l’une des conceptions militantes, car pour être précis il y en a plusieurs) de la théorie du genre. L’anecdote que je cite brièvement correspond à une entreprise réfléchie de déconstruction des identités de genre, et non de recul scientifique sur la nature de ces identités.
      Remarquons aussi, malgré tout, que les études de genre dans leur ensemble trouvent la raison de leur essor actuel dans le soupçon porté sur la nature exclusivement culturelle de ces identités de genre. A ce titre, à des degrés divers, elles sont bien souvent inspirées par le même projet. C’est d’ailleurs la confusion de la prétention scientifique et du militantisme politique qui rend le plus vulnérable les nombreux travaux élaborés en ce moment, notamment dans les disciplines littéraires et dans le champ des sciences sociales.

  1. Droits des femmes : chercher l’égalité, ou l’uniformité ? » Dextre zèbre

    […] : http://www.fxbellamy.fr/blog/2012/12/01/egalite-ou-uniformite/ Cette entrée a été publiée dans Société. Placez un signet sur le permalien. ← La […]

  2. Le choix à faire » Dextre zèbre

    […] C’est la même vision, au fond, qui nous rend insupportables bien d’autres distinctions, à commencer par la différence entre l’homme et la femme, entre le couple homosexuel et hétérosexuel. Et c’est la même tentative d’uniformisation […]

  3. Le débat interdit » Pensées pour le jour qui vient

    […] par la conception anthropologique que recouvre le concept de genre – je l’écrivais déjà il y a plus d’un an. Parmi d’autres textes, la loi sur l’égalité entre les hommes et les femmes, qui a été […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>