La France en état d’urgence éducative

30 propositions pour sauver l’école, priorité absolue pour l’avenir

Cliquez ici pour accéder directement aux mesures

La catastrophe éducative très grave qui touche aujourd’hui la France est désormais largement reconnue. Les enquêtes internationales ne cessent de confirmer, dans tous les domaines, la situation désespérée dans laquelle se trouve aujourd’hui notre pays : son système scolaire, qui fut pourtant l’un des meilleurs au monde, échoue à transmettre les savoirs les plus fondamentaux. Dernier pays en Europe pour l’apprentissage des mathématiques, laissant un jeune majeur sur cinq en très grande difficulté de lecture, la France garde sans discontinuer depuis 2013 le record du système scolaire le plus inégalitaire socialement, au mépris de la promesse républicaine : en France, les enfants des familles modestes, qui paient le prix fort de notre échec collectif, sont condamnés à la relégation comme jamais auparavant.

A la veille de cette année politique décisive pour la France, il n’existe aucun sujet plus urgent que le relèvement de notre éducation.

  • Il détermine l’avenir de notre prospérité économique et de notre modèle social, qui ne pourra reposer que sur notre excellence en matière scientifique, technologique, culturelle, dans un monde de plus en plus gouverné par l’innovation et la recherche.
  • Il conditionne notre victoire contre l’archipélisation de la société française, la montée de la violence, et la lutte contre l’islamisme en particulier : aucune politique sécuritaire, aucun renforcement de l’arsenal judiciaire, ne pourront pallier un échec éducatif global. Nous ne reconstruirons une civilité partagée qu’en transmettant de nouveau une culture commune, qui puisse susciter l’aspiration de tous les jeunes Français.
  • Enfin, il constitue une urgence vitale du point de vue démocratique : aucun débat public n’est possible, aucune liberté véritable n’est permise, sans les fondements de raison et de culture qui permettent à un citoyen de participer pleinement à la vie civique.

La catastrophe éducative que nous traversons ne date pas d’hier : toutes les familles politiques qui ont gouverné dans les dernières décennies y ont leur part de responsabilité, et le quinquennat qui s’achève n’échappe pas à la règle… Tout est à reconstruire aujourd’hui. Ce constat est trop grave pour être utilisé comme une occasion de querelle politicienne ; il ne doit conduire qu’à une prise de conscience collective. C’est dans cet esprit que, après avoir tenté, parmi bien d’autres, de lancer l’alerte sur la gravité de la situation, j’ai voulu formuler des propositions concrètes, non exhaustives mais indispensables, en parallèle du travail déjà effectué par notre famille politique. L’éducation doit devenir le sujet majeur pour tous les Français, en cette année présidentielle ; de lui dépend en effet la survie de notre pays.

François-Xavier Bellamy