Articles

Échanges avec Angela Merkel, des élus du Bundestag et des dirigeants de la CDU-CSU

François-Xavier Bellamy et Angela Merkel, Berlin, novembre 2019

Quelques mots pour revenir avec vous sur ce premier déplacement en Allemagne : trois jours très denses, consacrés à nouer des relations avec de nombreux acteurs qui joueront un rôle important pour avancer dans les années à venir sur les sujets concrets qui attendent nos pays.

Échanges avec Angela Merkel, des élus du Bundestag et des dirigeants de la CDU-CSU

Au cours de ce déplacement, j’ai pu échanger avec la Chancelière Angela Merkel, de nombreux élus importants du Bundestag, et des dirigeants de la CDU-CSU. J’ai été reçu par la Fondation Konrad Adenauer, et invité à la Europa Rede, un discours annuel organisé chaque année à la veille de la commémoration de la chute du mur de Berlin, et prononcé cette année par Ursula von der Leyen, nouvelle présidente de la Commission européenne.

Quels enseignements retirer de ce premier déplacement en Allemagne ? Je repars d’abord avec le sentiment qu’il nous faut reconstruire un dialogue plus franc et plus concret pour tenter de rapprocher nos points de vue. Sur beaucoup de sujets, nous avons parfois des désaccords avec nos amis allemands, et cela a pu fragiliser notre pays et toute l’Europe dans un moment pourtant critique : sur le rapport à la mondialisation, au commerce extérieur, à la politique monétaire ; sur la crise migratoire, ou encore sur la réponse à apporter au défi climatique… Ces sujets essentiels ont pu être l’occasion, ces dernières années, d’incompréhensions et d’erreurs. Mais il me semble que nous avons aujourd’hui un moment à saisir : en France comme en Allemagne, nous percevons bien aujourd’hui que l’Europe est en crise, qu’elle semble subir une histoire qui s’écrit trop souvent sans elle. Cette crise peut être une chance, si elle devient l’occasion d’un réveil.

Le dialogue avec nos interlocuteurs allemands peut être direct et ouvert

J’ai été très surpris et heureux de voir à quel point, sur tous ces enjeux, le dialogue avec nos interlocuteurs allemands peut être direct et ouvert. J’ai abordé de nombreuses priorités que nous avons défendues pendant notre campagne, et qui pourront se réaliser si nous les partageons avec l’Allemagne : rééquilibrer la mondialisation par une nouvelle approche du commerce international ; protéger les frontières extérieures de l’Europe pour que nos pays puissent déterminer librement leur politique migratoire ; se doter, non plus seulement de normes européennes, mais d’une vraie stratégie commune pour notre industrie, afin de garantir notre autonomie et nos emplois… Sur tous ces sujets, bien des pas en avant sont possibles aujourd’hui. Bien sûr, la France et l’Allemagne ne décideront pas seules de l’avenir de l’Europe ; mais si nos pays progressent sur ces sujets concrets, ils peuvent servir le renouveau dont nous avons besoin.

Cela suppose d’aborder tous ces débats avec sérieux, avec exigence mais aussi avec l’écoute et la simplicité nécessaires. La voix de la France est souvent rendue inaudible par une forme d’arrogance et d’inconséquence. Avec les amis allemands que j’ai rencontrés, nous avons convenu d’initier un rendez-vous au moins annuel, en nous consacrant à chaque fois à un sujet précis, pour pouvoir obtenir des avancées concrètes.

François-Xavier Bellamy

 

Avec Hans-Gert Pöttering, ancien président du Parlement européen, Angela Merkel, et Norbert Lammert, ancien président du Bundestag et président de la Konrad-Adenauer-Stiftung

Publiée par François-Xavier Bellamy sur Dimanche 10 novembre 2019

Une barrière écologique pour contribuer à rééquilibrer la mondialisation

Entretien paru dans Les Échos, propos recueillis par Pierre-Alain Furbury et Etienne Lefebvre (extrait).

Entretien avec Les Échos

[…]

Le but, c’est construire une Europe qui fasse la preuve de son efficacité. Notre projet correspond, je crois, à l’aspiration d’une grande majorité de Français qui savent que l’Europe est nécessaire mais qu’il faut la changer.

Sur le plan économique, concrètement, comment réorienter l’Europe ?

Je rêve d’une Europe qui contribue à rééquilibrer la mondialisation, qui en soit un acteur offensif. L’Europe doit défendre son industrie, elle ne peut pas être qu’une terre de services. Nous proposons la création d’une « barrière écologique » pour défendre notre marché commun, en imposant des quotas carbone sur les importations, au même titre que ceux que paient nos entreprises, et le respect des mêmes normes que celles fixées à nos industriels et nos agriculteurs.

Faut-il revoir le droit de la concurrence, comme le préconise l’axe franco-allemand ?

Bien sûr ! Qui ne voit pas que ce droit est devenu obsolète face aux géants chinois et américains ? Nous croyons à la concurrence, aux vertus du libre-échange, mais à condition d’avoir les mêmes règles que les autres. Le manque de réciprocité sur les appels d’offres dans les marchés publics est par exemple incompréhensible.

L’Europe est-elle trop libérale ?

Elle est surtout trop naïve. Nous sommes encore par certains aspects les idiots du village mondial, même si les choses commencent à bouger, comme le montre le dispositif de contrôle des investissements directs étrangers que les Républicains au Parlement européen ont contribué à mettre en oeuvre. Il faudrait étendre ces garde-fous par exemple aux rachats de terres agricoles par les investisseurs chinois. Il y a une prise de conscience collective, surtout depuis les menaces de guerre commerciale de Trump et l’échec de la fusion Alstom-Siemens. C’est le moment d’agir.

Faut-il une harmonisation fiscale au niveau européen ? Peut-on continuer la course au moins-disant entre les Etats ?

On ne peut continuer à tolérer le dumping fiscal de certains Etats. L’action de la commissaire à la Concurrence, Margrethe Vestager, va dans le bon sens quand elle sanctionne les aides d’Etat déguisées et lutte contre la concurrence déloyale. Il faut aller plus loin et tendre vers une harmonisation fiscale, notamment sur l’impôt sur les sociétés. Comme pour la TVA aujourd’hui, il serait souhaitable d’avoir un taux minimum et un plafond, avec une liberté pour les Etats au sein de ce corridor.

Nous proposons la création d’une « barrière écologique » pour défendre notre marché commun, en imposant des quotas carbone sur les importations, au même titre que ceux que paient nos entreprises, et le respect des mêmes normes que celles fixées à nos industriels et nos agriculteurs.

Mais attention, pour être crédible, la France doit se réformer. On ne peut pas parler de convergence fiscale quand on est champion du monde de la pression fiscale. Emmanuel Macron est un peu le cancre au fond de la classe qui dirait à ses voisins ce qu’ils doivent faire.

En matière sociale, a-t-il raison de plaider pour un bouclier social avec un SMIC européen ?

Mais là encore, la France n’est pas audible parce qu’elle n’a pas fait les réformes nécessaires, et cela conduit, malheureusement, à la réponse sèche de la nouvelle présidente de la CDU allemande . Pourtant, sur le fond, l’Allemagne aurait tort de refuser toute convergence sociale. Il faut aller vers une harmonisation des règles, et nous défendons une révision plus forte de la directive sur le travail détaché, une pratique qui, dans les conditions actuelles, nourrit la défiance des Français. Il faut non seulement garantir un salaire égal pour un travail égal, mais aussi que l’entreprise acquitte les mêmes charges sociales. Il faut également renforcer les contrôles qui sont dans ce domaine beaucoup trop faibles, et intégrer le transport routier dans la négociation, à venir, car Emmanuel Macron avait clairement abandonné ce secteur.

Faut-il taxer les Gafa ?

Oui, car rien ne justifie que des multinationales paient moins d’impôts que nos entreprises. Mais je ne crois pas à une réponse purement nationale qui risque de fragiliser nos propres acteurs : il faut une taxation au niveau européen. Par ailleurs, la position structurellement dominante des Gafa doit conduire à une riposte plus globale. Il s’agit de défendre nos valeurs, préserver nos démocraties et le droit à la vie privée. L’agence de protection de la démocratie prônée par Emmanuel Macron passe totalement à côté de ces sujets et n’est pas à la hauteur de l’enjeu.

L’économie suffit-elle pour réduire le désamour entre les citoyens et l’Europe ?

Cela ne suffit pas, même si ce serait déjà beaucoup. L’Europe n’est pas une organisation comme les autres : c’est une histoire, des racines – gréco-latines, judéo-chrétiennes, l’héritage des Lumières -, une civilisation qui a encore quelque chose à dire au monde. Le grand dessein, il est là. Commençons par retirer de nos billets d’euros ces ponts qui n’existent pas et ne mènent nulle part, pour y mettre le patrimoine européen qui fait notre lien commun. Il faut aussi impérativement donner à chaque jeune, y compris les plus défavorisés, l’occasion d’un échange en Europe dans son parcours scolaire.

L’Europe doit-elle se mêler des sujets de société ?

Non. L’Europe n’a pas par exemple à définir la politique familiale ou la manière dont l’Etat français doit assurer le maintien de l’ordre. Mais parce qu’elle est une civilisation, elle porte en elle-même une exigence quant à ce qu’est la dignité humaine. Il faut porter à travers l’Europe une initiative concertée sur le refus de la marchandisation du corps, de l’eugénisme, de la tentation de l’homme augmenté, de la technicisation de l’humain.

[…]