Archive d’étiquettes pour : travail parlementaire

Lettre aux Français


Chers amis, chers Français,

La campagne s’achève. J’ai tout donné. Mais je ne pouvais pas finir sans évoquer ce qu’il me reste encore à vous dire.

Pendant ces derniers mois, ces dernières années, j’ai vécu de grandes joies, des succès partagés, et des rencontres qui m’ont marqué pour toujours ; comme bien des épreuves aussi, et des moments de doute où j’aurais pu tout arrêter.

Si j’ai continué, c’est simplement parce que j’ai fait comme vous. Parce qu’aujourd’hui chaque Français de bonne volonté, dans son quotidien, doit décider de continuer, quand il y aurait mille raisons d’être épuisé et d’arrêter. Continuer à y croire, à se lever, travailler, faire son devoir, continuer à défendre ses valeurs même à contre-courant, face à l’adversité.

Si je n’ai rien lâché, c’est parce que l’enjeu est essentiel. C’est le pouvoir d’agir demain, plutôt que de continuer à subir tout ce qui arrive au pays. C’est la volonté de transmettre ce que nous avons reçu, et que nous savons profondément fragilisé. C’est l’espérance de sortir du déclin, et de rendre à notre pays, à notre civilisation, l’élan qui les a fondés.

De ce combat, beaucoup se joue maintenant. Vous qui me lisez, vous avez le pouvoir de faire vivre cet effort commun, bien au-delà du 9 juin.

Pour qui allez-vous voter ?

Je pourrais vous dire que le 9 juin, vous allez voter pour que la droite soit le plus grand parti du parlement européen et serve de meilleur rempart aux dérives politiques qui fragilisent notre pays.

Je pourrais vous dire que le 9 juin, vous allez voter pour l’équipe de combattants que j’ai l’honneur d’emmener, et qui iront au front chaque jour pour défendre votre voix.

Mais ce que je veux vous dire surtout, c’est que le 9 juin au soir, ils compteront nos voix. Ce vote sera une épreuve de vérité. Les médias, le pouvoir, tous attendent de savoir : la droite a-t-elle renoncé à ses combats ?

Répondez-leur : il existe une droite forte, fière, prête à parler à tous les Français. Une droite qui vient de loin, qui a le visage de nos parents, de nos grands-parents, de toutes les forces du pays. Une droite qui sait mener des batailles, et qui refuse de s’enfermer, de se laisser exclure des choix qui décideront de l’avenir.

Une droite qui veut relever la France. Rendre à l’Europe son sens. Sortir de l’impuissance de l’État. Retrouver nos frontières, et notre sécurité. Sortir du déclin et de l’appauvrissement, qui n’ont rien d’une fatalité. Et pour cela, d’abord, libérer les Français qui travaillent, et leur rendre leur dignité.

Un ami me demandait hier : crois-tu encore qu’un discours de vérité a une chance de survivre dans la démagogie ambiante ? Oui, mille fois oui, parce que les Français sont revenus de tout, sauf de ce devoir de courage, de loyauté, et de vérité.

Alors je compte sur vous maintenant. Parce que chacun d’entre vous doit compter dans un tel moment. Pour convaincre, pour entraîner, pour rendre une raison d’espérer à ceux qui n’y croient plus. C’est sans doute à quelques voix que va se jouer le sens qui sera donné au vote du 9 juin. Et ces quelques voix, vous seul pouvez aller les chercher – en partageant ce message autour de vous, pour commencer, si comme moi vous refusez de renoncer.

Le 9 juin est aussi votre jour. Je m’en remets à vous.
Je crois en la France, et au sursaut qui nous attend.

À très bientôt,

Supprimer l’image mise en avantFrançois-Xavier Bellamy


Lire aussi : Grand entretien au Figaro – « Il y a une relève à droite qui refuse les débauchages et les reniements »



« Il y a une relève à droite qui refuse les débauchages et les reniements. » – Grand entretien dans le Figaro

Photo : François Bouchon / Le Figaro

Grand entretien publié dans Le Figaro, propos recueillis par Emmanuel Galiero et Claire Conruyt.


Télécharger l’entretien

LE FIGARO .- A cinq jours du scrutin, qu’avez-vous envie de dire aux électeurs ?

FRANCOIS-XAVIER BELLAMY — Je veux leur dire : malgré toutes les épreuves que traverse le pays, nous avons bien des raisons d’espérer. Les Français que j’ai rencontrés, pendant ces mois de campagne et ces années de ce mandat, ont un courage, une énergie, une volonté qui forcent l’admiration. Et il y a une relève à droite qui a la détermination nécessaire pour relever le pays. Pour le défendre en Europe d’abord : dans quelques jours, le parti de la droite européenne auquel j’appartiens deviendra la première force politique en Europe. C’est nous qui aurons enfin les leviers pour agir, pour que l’Europe retrouve un cap clair. Mais l’autre enjeu de cette élection, c’est bien sûr de sortir la France de la crise. Le duel Macron / Le Pen a vécu sur la défiance suscitée par les vieux partis de gouvernement. Je comprends les déceptions passées ; mais l’élection du 9 juin est l’occasion de tourner une page. Je ne me suis pas engagé pour refaire l’histoire, mais pour écrire l’avenir d’une droite renouvelée, sérieuse, cohérente. Votre vote peut donner l’élan dont nous avons besoin pour reconstruire.

Dans quelques jours, le parti de la droite européenne auquel j’appartiens deviendra la première force politique en Europe. C’est nous qui aurons enfin les leviers pour agir, pour que l’Europe retrouve un cap clair. Mais l’autre enjeu de cette élection, c’est bien sûr de sortir la France de la crise.

N’est-ce pas une mission impossible de faire campagne pour un parti LR fortement affaibli par la dernière présidentielle (4,78%) dans un contexte où beaucoup d’électeurs de droite semblent toujours méfiant à l’égard de votre famille politique ?

Aucune mission n’est impossible quand l’avenir en dépend. En m’engageant dans cette campagne, je savais parfaitement que je ne faisais pas le choix du confort, du calcul ou de l’opportunisme. Certains changent de camp pour l’intérêt de leur carrière. Pour ma part je n’ai sans doute pas fait le choix de la facilité, mais le choix dont le pays a besoin : celui de la clarté et de la cohérence. Bien sûr, je mesure la difficulté. Mais je mesure surtout l’attente. Le rôle que nous devons assumer, personne d’autre ne le remplira. Si l’on en croit les sondages, je vois qu’un électorat de gauche veut faire de cette élection l’occasion de reconstruire une proposition socialiste, alors qu’elle paraissait définitivement disqualifiée. Je veux dire aux électeurs de droite qu’ils n’ont aucune raison de taire leurs convictions, de renoncer à défendre leurs idées, de reconstruire leur maison. C’est le moment de refonder cette famille politique qui peut seule répondre aux aspirations du pays.

Je veux dire aux électeurs de droite qu’ils n’ont aucune raison de taire leurs convictions, de renoncer à défendre leurs idées, de reconstruire leur maison.

Quels événements les plus marquants de cette campagne retiendrez-vous ?

La campagne a commencé avec le mouvement de révolte des agriculteurs. Leur colère, je l’ai exprimée depuis cinq ans au parlement européen. Ils subissent comme tous les Français les conséquences des choix politiques aberrants qui minent notre pays. Cette révolte, je l’ai entendue si souvent : artisans, commerçants, chefs d’entreprises, professionnels de santé, enseignants, policiers et gendarmes… C’est partout le même sentiment d’asphyxie auquel semble condamné tout un peuple qui travaille dur et qui n’arrive plus à s’en sortir. Des Français qui vivent en permanence sous la pression des contraintes, des contrôles, des charges, des normes et qui disent simplement : laissez-nous travailler ! Laissez-nous faire, laissez-nous vivre. Céline Imart, deuxième de notre liste, a fait partie de ces agriculteurs qui ont crié qu’ »on marche sur la tête » ; les Français refusent de se résigner. Nous aurons été les seuls dans cette campagne à dire cette exigence de liberté, que je crois être la première condition pour sortir du déclin.

Quels adversaires jugez-vous les plus redoutables dans cette bataille ?

Mon adversaire le plus redoutable, c’est la mise en scène une nouvelle fois imposée aux Français pour leur voler cette élection, avec l’idée absurde que le débat opposerait populistes et progressistes. Ce théâtre d’ombres n’a pas d’autre but que de cacher le vrai enjeu de ce scrutin. Au parlement européen, le clivage oppose les deux forces politiques majeures que sont les socialistes et la droite, le PPE, auquel nous appartenons. Le vrai sujet est de savoir si nous parviendrons à sortir enfin de la majorité de gauche, à laquelle les élus macronistes et les écologistes ont participé pendant cinq ans. La France ne peut pas être condamnée à vivre ce perpétuel deuxième tour de l’élection présidentielle, dont la seule fonction est d’exonérer le macronisme de son bilan.

Que répondez-vous à Emmanuel Macron quand il soutient que ceux qui lui ont imposé le RN comme adversaire sont les Français ?

C’est faux. Les enquêtes d’opinion le montrent aujourd’hui : moins de la moitié des Français se reconnaît dans le débat entre le RN et lui. Nous ne sommes pas dupes de ce duo, dont les deux partenaires s’aident l’un l’autre à écraser le débat. Les Français ne sont pas dupes non plus. Je le vois au nombre de ceux, de tous bords, qui me remercient d’avoir exprimé ce qu’ils ressentaient après le débat entre M. Attal et M. Bardella. Si cette réaction a eu autant d’écho, c’est peut-être que j’ai été ce jour-là le porte-voix d’une France qui refuse de se laisser imposer cette fausse alternative.

Quelles sont les principales différences avec votre campagne de 2019 ?

La principale différence, c’est que maintenant tout le monde doit assumer son bilan. En 2019, beaucoup pouvaient croire encore qu’Emmanuel Macron allait réformer le pays, pour éviter le déclin. Mais force est de constater aujourd’hui qu’Emmanuel Macron est le déclin ! La dégradation de la note de la France par S&P confirme brutalement que le macronisme a aggravé l’enlisement du pays dans la spirale de la dette, de l’impôt, de l’appauvrissement économique et du dérapage budgétaire. Quant au RN, lui aussi a un bilan : on ne peut pas faire comme si le parti de Marine Le Pen était en apesanteur. Il a gagné l’élection européenne de 2019, comme celle de 2014 : qu’a-t-il fait de la confiance des Français depuis dix ans ? Avec trois fois plus d’élus que nous, il n’aura pas changé une virgule dans un seul texte européen. Les élus du RN n’ont ni gagné, ni même mené une seule bataille pour la France en Europe.

Dans ce cas, pourquoi le RN bat-il tous les records dans les sondages à la veille du scrutin ?

En mettant en scène ce duel, Emmanuel Macron a offert au RN les détresses du pays. C’est un mensonge : la France qui peine à joindre les deux bouts n’est pas représentée par un parti qui refuse de revaloriser le travail, de réformer le RSA, de rééquilibrer les retraites, et qui refuse lui-même de travailler ! Car en Europe, le RN est l’opposition fantôme qui arrange ce président. Il sait que nous sommes le vrai contre-pouvoir qui pèsera demain, au sein du PPE, pour empêcher de nouvelles étapes de sa fuite en avant – la création de dette et d’impôts européens, qu’il a proposés dans son dernier discours de la Sorbonne.

Force est de constater aujourd’hui qu’Emmanuel Macron est le déclin ! La dégradation de la note de la France par S&P confirme brutalement que le macronisme a aggravé l’enlisement du pays. Quant au RN, il a gagné l’élection européenne de 2019, comme celle de 2014 : qu’a-t-il fait de la confiance des Français depuis dix ans ?

Certaines de vos interventions, contre les blocages de Sciences Po ou contre le débat Attal/Bardella, ont été perçues comme des réussites. Pourquoi n’ont-elles pas eu d’impact sur les sondages qui n’ont cessé d’estimer votre score entre 7% et 8% ?

Seul le vote du 9 juin comptera. Ce que je sais, c’est que partout en France, le regard des Français a changé avec cette campagne. Beaucoup m’ont dit qu’elle leur avait redonné de l’intérêt, de l’envie, de la fierté. Face à l’extrême-gauche, à la montée de l’antisémitisme, au relativisme qui menace notre débat démocratique, nous avons montré qu’il ne fallait rien céder. Une campagne sert aussi à cela.

Votre parti oscille entre une coalition avec le macronisme et une droite plus radicale incarnée par le RN et Reconquête. L’identité de LR ne s’est-elle pas diluée depuis l’élection d’Emmanuel Macron ?

Non, la droite n’oscille pas. Ces rumeurs ne se fondent sur rien et n’ont pour but que de nous déstabiliser dans ces derniers jours de campagne. Il y a sept ans qu’Emmanuel Macron est à l’Elysée : tous ceux qui sont engagés chez LR auraient eu cinquante occasions de basculer du côté du pouvoir. Les opportunistes sont partis ; ceux qui restent ont tenu bon, parce qu’ils savent que notre devoir est d’incarner une alternative. Le débat a été tranché : nous ne résoudrons pas les problèmes du pays avec ceux qui les créent. Pendant cinq ans, au parlement européen, je me suis confronté durement aux élus macronistes, premiers alliés de la gauche pour fragiliser nos frontières, saborder le nucléaire, organiser la décroissance agricole ou la dérive budgétaire, et même fermer les yeux sur l’entrisme islamiste qui menace nos institutions… Pendant ce temps, le RN était aux abonnés absents. Ceux qui veulent le statu quo peuvent voter pour ce duo. Moi, je veux le changement de cap.

Nicolas Sarkozy ne souhaite pas dévoiler quel sera son choix pour cette élection mais il a exprimé « beaucoup de sympathie » à votre égard. Recevez-vous ces mots comme un soutien ?

Je suis heureux si la campagne que je mène lui inspire de la sympathie. Je respecte le choix d’un ancien président qui ne souhaite pas rentrer sur le terrain électoral. Je comprends aussi nos différences de point de vue, puisque Nicolas Sarkozy continue de défendre la perspective d’une coalition avec le pouvoir, en laquelle je n’ai jamais cru.

Nous ne résoudrons pas les problèmes du pays avec ceux qui les créent. Pendant cinq ans, au parlement européen, je me suis confronté durement aux élus macronistes

Que dites-vous aux LR qui considèrent que vous n’avez pas été suffisamment soutenu par votre famille politique dans ce combat ?

Au contraire, cette campagne a été un moment d’unité pour la droite. En 2019, mon arrivée avait suscité quelques expressions de dissension ou d’incertitude. Ce n’est plus le cas aujourd’hui, après cinq années de travail partout en France. Dans ce combat, j’ai eu la chance de compter sur la confiance et le soutien d’Eric Ciotti, de nos parlementaires, mais aussi de milliers de maires, d’élus qui pour certains ont choisi de revenir à cette occasion vers notre famille politique.

Dans quelle mesure le niveau de votre résultat dimanche sera-t-il déterminant pour l’avenir de LR ? Que ferez-vous après, si le score est décevant ?

On ne mène pas la bataille en se demandant ce qui arrive si on la perd. Si nous parvenons à retrouver les voix qui nous manquent pour reprendre notre élan, nous changerons l’histoire des années qui viennent. Pas celle d’un parti, mais celle du pays.

Oui, il faut un nouveau départ. Il y une relève à droite, qui a refusé le cynisme des débauchages et des reniements, qui veut la clarté dont la France a besoin, et qui sait gagner des batailles. Nous ne pouvons plus vivre à l’ombre d’un bilan qui n’est pas le nôtre.

Les Républicains devront-ils opérer un acte de rupture avec tout ce que la droite a été, une fois le 9 juin prochain passé ? Une sorte de « nouveau départ »…

Oui, il faut un nouveau départ. Il y une relève à droite, qui a refusé le cynisme des débauchages et des reniements, qui veut la clarté dont la France a besoin, et qui sait gagner des batailles. Nous ne pouvons plus vivre à l’ombre d’un bilan qui n’est pas le nôtre. Après avoir changé de pied en trois jours sur la Nouvelle-Calédonie, Marine Le Pen m’a reproché la position de la droite sur les accords de Nouméa : quand ils ont été signés, j’avais douze ans… Je ne me sens ni juge, ni comptable du bilan. Le passé est fait de succès comme de déceptions. Avec quelques années d’engagement, je ne crois pas que mon devoir soit de distribuer les bons ou les mauvais points, mais de regarder lucidement cet héritage pour pouvoir reconstruire. Ce nouveau départ, je veux m’y consacrer. Il est la condition pour le relèvement du pays. Et pour le mener à bien, nous n’avons besoin que du soutien de tous les Français qui aspirent à voir se relever un mouvement politique clair sur ses valeurs et exigeant dans son action. Je veux leur dire : vous me connaissez, vous savez que je n’ai jamais varié. Si vous voulez reconstruire, c’est maintenant que cela se joue.

Lors de votre dernière scène à l’Olympia, vous citiez Platon : « les philosophes perdent toujours les élections… »

Platon croit qu’il faut mentir pour arriver au pouvoir car la foule est trop folle pour entendre la sagesse. Je pense le contraire. Aristote affirme que « tout homme, par nature, désire savoir ». Et puisque l’esprit humain est tourné vers la quête du vrai et du juste, que l’on peut parier qu’à la fin, la vérité finit par l’emporter. C’est le pari que je veux faire.

Et à ceux qui vous diront que c’est un pari fou ?

Je réponds qu’il n’y en a pas d’autre. La mission essentielle de l’Europe, c’est de montrer que la liberté est le seul choix qui soit à la fois fidèle à la dignité humaine et en même temps, efficace sur le long terme. Nous sommes face à des modèles autoritaires, voire totalitaires, comme la Chine, ou l’islamisme international. Comme dans les années 30, certains sont tentés de croire que l’efficacité est du côté de la centralisation autoritaire, de la suppression des droits de la personne, de la conscience. Notre défi est de montrer, une nouvelle fois dans notre histoire, que seule la liberté peut faire vivre une société.

PARTAGER SUR WHATSAPP

Lire aussi : Élections européennes : réponses à sept questions si souvent posées

Élections européennes : pour répondre à quelques questions souvent posées

Des réponses claires à sept questions qui reviennent souvent, pour vos discussions en famille, entre collègues ou entre amis… Les jours qui viennent seront décisifs : n’hésitez pas à partager ce lien à tous ceux qui s’interrogent encore !

  1. « Quel parti aura le plus d’impact demain en Europe ? »
  2. « On dit que « voter LR, c’est voter Ursula von der Leyen » ? »
  3. « Fx Bellamy a des désaccords avec son propre groupe PPE. »
  4. « On dit qu’il y a un risque de coalition entre LR et Macron après les élections européennes »
  5. « La droite aujourd’hui est chez Emmanuel Macron. »
  6. « Mais pourquoi voter pour LR et non une autre liste de droite ? »
  7. « Pourquoi ne pas faire l’union des droites ? »
  8. « Pour battre Emmanuel Macron et que la situation change enfin, il faut que le RN arrive en tête de cette élection. »

« Quel parti aura le plus d’impact demain en Europe ? »

Les Républicains font partie du PPE, le parti de la droite européenne, qui va gagner cette élection en Europe. Comme toutes les enquêtes le montrent depuis des mois, le PPE (Parti populaire européen) va obtenir le plus grand nombre de députés au Parlement européen. Ce parti de la droite européenne comptera aussi plus de la moitié des chefs d’État et de gouvernement en Europe, et par conséquent également la majorité des commissaires européens. C’est la première fois que le PPE aura un rôle aussi décisif dans les choix politiques en Europe.

Les autres partis politiques français n’auront pas les mêmes leviers pour agir. ID est un groupe minoritaire et peu actif, ECR est également minoritaire et divisé au point qu’il pourrait disparaître au début du prochain mandat, Renew va voir ses effectifs encore diminuer.

Malgré la crise que traversent les partis de gouvernement en France, seul les députés LR auront la possibilité demain d’agir concrètement – pour libérer l’économie, reconstruire les frontières, défendre la France dans les débats européens.

Quel que soit l’ordre d’arrivée, dans une élection proportionnelle à un tour, envoyer un député de plus dans le groupe où l’essentiel se jouera est le plus sûr moyen d’agir sur les décisions à venir. Si vous voulez que votre voix ait un impact, soutenir François-Xavier Bellamy est le seul vote utile.


« On dit que « voter LR, c’est voter Ursula von der Leyen » ? »

C’est faux. En fait, « voter LR » est la seule façon d’éviter qu’elle soit reconduite.

Les députés LR et leur groupe PPE n’ont pas soutenu la désignation d’Ursula von der Leyen en 2019. Elle est devenue présidente de la Commission par l’intervention d’Emmanuel Macron, qui a fait obstacle au candidat du PPE.

Ils ne la soutiennent pas davantage cette année. François-Xavier Bellamy a été le premier à s’opposer à sa reconduction ; une grande partie du PPE a depuis rejoint cette ligne : la moitié des élus du PPE qui participaient au congrès où elle a présenté sa candidature ne l’ont pas soutenue, alors qu’elle était seule en lice.

Au lendemain de l’élection, la décision se prendra au sein du PPE, qui sera la première force politique en Europe. C’est là qu’il faudra peser en s’alliant avec les députés d’autres pays qui partagent notre vision.

Dans les autres partis, beaucoup critiquent comme nous le bilan de cette Commission ; la différence, c’est que nous serons les seuls à pouvoir agir pour obtenir le changement de cap dont l’Europe a besoin.


« Fx Bellamy a des désaccords avec son propre groupe PPE. »

Le PPE est le parti de la droite européenne. Au cours de ce mandat, c’est à François-Xavier Bellamy qu’il a demandé de définir sa nouvelle charte.

Cela n’empêche pas qu’il existe bien sûr des désaccords au sein de ce parti européen. Les débats au sein du parlement montrent régulièrement les divergences entre les pays, et cela vaut pour tous les groupes politiques. Aucun député français ne sera d’accord sur tous les sujets avec ses alliés en Europe.

Le PPE aura enfin les leviers pour agir dans les cinq prochaines années, avec le plus grand nombre de députés, de chefs d’État et de commissaires européens. Aucun autre groupe, comme ECR par exemple, ne pourra faire la décision sans le PPE. C’est donc le lieu où il faudra être pour agir de l’intérieur et obtenir des résultats, et François-Xavier Bellamy l’a déjà montré.


« On dit qu’il y a un risque de coalition entre LR et Macron après les élections européennes »

Ces rumeurs ne se fondent sur rien et n’ont pour but que de déstabiliser la campagne de François-Xavier Bellamy. Gérard Larcher a récemment de nouveau balayé l’hypothèse d’une coalition.

Il y a sept ans qu’Emmanuel Macron est à l’Elysée : tous ceux qui sont engagés chez LR auraient eu de nombreuses occasions de basculer du côté du pouvoir. Les opportunistes sont partis ; ceux qui restent ont tenu bon, parce qu’ils savent que le devoir de LR est d’incarner une alternative.

Pendant cinq ans, au parlement européen, François-Xavier Bellamy s’est confronté durement aux élus macronistes, premiers alliés de la gauche pour fragiliser nos frontières, saborder le nucléaire, organiser la décroissance agricole ou la dérive budgétaire, et même fermer les yeux sur l’entrisme islamiste qui menace nos institutions.


« La droite aujourd’hui est chez Emmanuel Macron. »

Au Parlement européen, les macronistes ont formé une majorité avec les socialistes et les écologistes. Ils appartiennent au groupe « Renew », concurrent du PPE, mais c’est un groupe de plus petite taille.

Leur tête de liste Valérie Hayer dit voter à 90% avec les socialistes. Ils ont soutenu la décroissance entraînée par le Pacte vert, la fragilisation de notre industrie en votant systématiquement contre le nucléaire, le refus de contrôler les frontières de l’Europe. Pascal Canfin, député macroniste venu des Verts, a porté le gel de 10% des surfaces agricoles en Europe. Valérie Hayer a combattu notre volonté de financer des infrastructures physiques de protection des frontières de l’Europe, contre l’avis de nombreux gouvernements européens.

À Bruxelles, la majorité d’Emmanuel Macron a simplement constitué la force d’appoint du groupe socialiste. À Paris, le bilan du gouvernement sur la dette, la dépense publique, l’insécurité, l’immigration, l’école, l’énergie et tant d’autres sujets, n’a fait qu’aggraver celui de la gauche au pouvoir.


« Mais pourquoi voter pour LR et non une autre liste de droite ? »

Ce n’est pas en dispersant les voix de la droite, en multipliant les partis, que nos idées gagneront : c’est en reprenant notre place dans le parti qui a le devoir de porter ces idées. François-Xavier Bellamy n’a jamais varié sur la méthode qu’il veut suivre.

Ne vous engagez pas en cherchant le parti qui aurait toujours tout bien fait, ou qui ne compterait que des gens qui n’ont jamais fait d’erreurs : ça n’existe pas. Cherchez où agir pour être utile. LR a des leviers pour agir dont aucun autre parti ne dispose : des parlementaires à l’Assemblée, la majorité au Sénat, le plus grand nombre d’élus locaux partout en France, et une délégation dans la première force politique en Europe. Est-ce que vos idées peuvent réussir si vous abandonnez le navire ?


« Pourquoi ne pas faire l’union des droites ? »

Il faut bien sûr faire l’union dans la droite, en s’appuyant sur la formation politique qui a pour mission de représenter tous les électeurs de droite. Pour faire cette union, il est contre-productif d’organiser une division supplémentaire en créant son parti, ou de rejoindre un groupe très minoritaire au Parlement européen… Les électeurs de droite doivent redevenir majoritaires, en France comme en Europe.

Multiplier les structures politiques qui se font concurrence ne conduira à rien. Si vous êtes un électeur de droite déçu, c’est une raison de plus de venir reconstruire avec nous. C’est en relevant le parti qui doit incarner la droite en France et en Europe que nous pourrons retrouver l’occasion d’agir.


« Pour battre Emmanuel Macron et que la situation change enfin, il faut que le RN arrive en tête de cette élection. »

Beaucoup l’ont oublié, mais le RN a déjà gagné la dernière élection européenne, en promettant que tout allait changer. Cela n’a eu aucun impact. Au plan national, Emmanuel Macron a déjà annoncé que le résultat de ces élections ne ferait pas changer le gouvernement.

En revanche, les conséquences sont durables au plan européen : le vote du 9 juin va définir la place de la France à Bruxelles pendant cinq ans. En 2014 comme en 2019, le RN a reçu des Français le plus grand nombre de députés, pendant deux mandats : mais il n’en a absolument rien fait. En dix ans, il n’a pas fait bouger une virgule dans un seul texte européen.

Contrairement à ce que prétendent ses élus, ce n’est pas parce que le RN était « dans l’opposition » : François-Xavier Bellamy et les élus de sa délégation au Parlement européen se sont également opposés à une grande partie des mesures portées par la Commission pendant ce mandat. Mais ils ont travaillé sur le fond, pesé dans les négociations, remporté des combats – sur l’agriculture, le nucléaire, les frontières, l’industrie de défense, la lutte contre l’islamisme… Vous pouvez retrouver ici un aperçu du bilan. Avec trois fois plus de députés, le RN n’a aucun bilan.

Faire gagner le RN, c’est donc le plus sûr moyen que rien ne change, comme en 2019 ; et c’est laisser la liberté à Emmanuel Macron pour poursuivre sa politique en Europe, au lieu de renforcer le seul groupe de droite qui peut s’opposer à lui.

 


PARTAGER SUR WHATSAPP

 

Il y a un an : débat face à Olaf Scholz

Débat Public Sénat – ce qui comptera, c’est que les électeurs regardent le bilan de chacun

Premier débat de listes avant l’élection européenne du 9 juin

Débat


Plus ou moins d’Europe ?


Agriculture


Immigration


Nucléaire


Ce qui comptera, c’est que les électeurs regardent le bilan de chacun.

 


Revoir le débat : 

L’avalanche de complexité qui touche les pêcheurs comme les agriculteurs

Intervention de François-Xavier Bellamy à l’occasion du débat au Parlement européen sur la mise en œuvre du plan d’action pour la pêche de la Commission européenne


Monsieur le Président, Monsieur le Commissaire,

C’est peut-être l’un des derniers débats que nous aurons sur la pêche au cours de ce mandat. Triste moment. Partout en Europe, les pêcheurs, comme les agriculteurs d’ailleurs, disent qu’ils ne peuvent plus travailler du fait des contraintes qui s’imposent aujourd’hui, de l’avalanche de complexité qui leur a été imposée. Mais la Commission, qui refuse d’écouter, continue toujours dans la même direction.

Alors que dans trois jours, le golfe de Gascogne sera intégralement fermé à la pêche, vous présentez un plan d’action qui interdirait des techniques de pêche pourtant courantes et nécessaires dans un très grand nombre de zones maritimes. En France, un tiers, par exemple, un tiers de la zone maritime, serait concerné. Tout cela s’ajoute à la politique commune de la pêche. Tout cela s’ajoute au règlement sur le contrôle des pêches que nous aurons travaillé au cours de ce mandat. Où est la cohérence réglementaire ? Où est la base scientifique ? Et où est l’étude d’impact ?

Tout ce que nous ferons contre les pêcheurs européens, nous le ferons contre la cause de l’environnement, et contre la cause de la protection des océans.

La vérité, Monsieur le Commissaire, c’est que nous importons déjà les trois quarts des produits de la mer que nous consommons. Tout ce que nous ferons contre les pêcheurs européens, nous le ferons contre la cause de l’environnement, et contre la cause de la protection des océans. Et nous le disons dans ce rapport, grâce à notre collègue Niclas Herbst : Il est absolument fondamental que le mandat qui vient change radicalement de direction.

Nous ne sauverons les océans qu’avec les pêcheurs européens et jamais, jamais contre eux.

Le vrai clivage européen

François-Xavier Bellamy était l’invité de France Info le 9 janvier.


— Lors de l’élection européenne au mois de juin, craignez-vous qu’il y ait à l’échelle européenne le même match dans l’Hexagone, Marine Le Pen-Emmanuel Macron, là avec une version Jordan Bardella-Gabriel Attal, match dans lequel vous auriez du mal à vous faire une place ?

— Mais ce match n’existe pas au plan européen. Si vous vous penchez sur la situation européenne, vous verrez que ce qui conduit aujourd’hui le débat politique européen, c’est le clivage entre la gauche et la droite, entre la formation politique à laquelle j’appartiens, le PPE – qui est la première formation politique au Parlement européen – et le groupe socialiste – qui est la 2e formation politique au Parlement européen. Ce clivage gauche-droite structure la vie démocratique. Et je crois que le président de la République, qui avait promis la fin des clivages, laissera derrière lui un pays crispé comme jamais, divisé comme jamais, fracturé comme jamais, pour ne pas avoir voulu assumer la nécessaire diversité, le pluralisme indispensable à la vie démocratique.

Ce qui conduit aujourd’hui le débat politique européen, c’est le clivage entre la gauche et la droite, entre la formation politique à laquelle j’appartiens, le PPE – qui est la première formation politique au Parlement européen – et le groupe socialiste – qui est la 2e formation politique au Parlement européen. Ce clivage gauche-droite structure la vie démocratique.

Aujourd’hui, ce que nous voyons, c’est que Gabriel Attal va poursuivre au fond ce qui a été mené depuis 2017, dans une continuité parfaite avec 2012. Eh bien nous avons besoin au plan européen de sortir de la fatalité de ce débat qui n’en est pas un, parce qu’on voit aujourd’hui à quel point le Rassemblement national et la majorité présidentielle se servent l’un de l’autre pour pouvoir exister, alors qu’en réalité aucune de ces deux formations n’a quoi que ce soit de vraiment nouveau à proposer aux Français.

Qatargate : quand la gauche ose encore donner des leçons de morale…

Intervention de François-Xavier Bellamy à l’occasion du débat sur les suites du Qatargate au Parlement européen


À l’occasion du débat sur le Qatargate, pendant la session plénière de décembre, François-Xavier Bellamy a réagi aux propos du député Engerer, du groupe socialiste, qui attaquait bille en tête le PPE, la droite européenne, avant de quitter opportunément l’hémicycle…

Face aux leçons de morale de la gauche, quelques questions

À quel groupe appartenaient ou ont appartenu toutes les personnes aujourd’hui citées dans l’enquête juridique touchant au Qatargate ? Au groupe socialiste.

À quel parti appartenait le Premier ministre maltais sous le gouvernement duquel une journaliste a été assassinée pour avoir enquêté de trop près sur les affaires de corruption qui le touchaient lui et ses proches ? Au Parti socialiste.

À quel parti appartient le Premier ministre espagnol, qui est venu ce matin, dans des attaques scandaleuses, essayer de rendre raison de la corruption par laquelle il tente de se maintenir au pouvoir en cédant les principes fondamentaux du droit de son propre pays pour pouvoir garder la majorité fragile sur laquelle il s’appuie ? Encore au parti socialiste.

La vraie question : l’opacité des ONG

Posons-nous ensemble les vraies questions, et notamment celle de la transparence des ONG – question qui n’est toujours pas posée, parce que la gauche s’y oppose, alors que c’est pourtant par là que nos institutions sont aujourd’hui vulnérables.

La question de la transparence des ONG qui n’est toujours pas posée, parce que la gauche s’y oppose, alors que c’est par là que nos institutions sont aujourd’hui vulnérables.

Écologie : débat avec le co-président du groupe des Verts au Parlement européen

Écologie : oser des changements radicaux ?

Nous n’assumerons pas notre responsabilité écologique en devenant dépendants des pays dont la production menace le plus l’environnement.

François-Xavier Bellamy, député du groupe PPE au Parlement européen, membre de la commission de l’industrie, de la recherche et de l’énergie, était dimanche 26 novembre invité à débattre avec le co-président du groupe des Verts au Parlement européen, Philippe Lamberts, en cloture de la 97ème rencontre des Semaines Sociales de France, à Lyon, sur le thème « Écologie : comment oser des changements radicaux en maintenant le contrat social ? ».


Plus d’infos sur la 97ème rencontre des Semaines Sociales de France, « Écologie : préparons nous à un changement radical » : https://www.ssf-fr.org

Inclusion du nucléaire au NZIA : le travail paie.

François-Xavier Bellamy, chef de file des députés français du PPE, est membre de la commission de l’industrie, de la recherche et de l’énergie.

« Il y a quatre ans, le nucléaire était exclu par principe des politiques européennes. Emmanuel Macron fermait Fessenheim, Edouard Philippe en était fier et leurs élus votaient avec les verts contre la filière.

Nous étions seuls à alerter, comme ici :

JDD – Tribune – « Reniements sur le nucléaire : qui peut croire un instant que la cause du climat progresse ? » (23/01/21)

Il y a un an, l’amendement que je déposais pour que le nucléaire bénéficie des 210 milliards du plan de relance énergie européen est voté ; les élus verts et macronistes s’y opposent encore, et à la surprise générale la France abandonne cette opportunité.

Le Point – Contre le nucléaire, l’Europe joue la guerre des nerfs (22/12/22)

Aujourd’hui, le rapport de notre collègue PPE Christian Ehler incluant le nucléaire dans les filières stratégiques pour l’Europe a été adopté ; il permettra d’accélérer concrètement le déploiement futur de la filière. Le travail paie : une bataille décisive du mandat est gagnée. »


Le rapport de notre collègue PPE Christian Ehler incluant le nucléaire dans les filières stratégiques pour l’Europe a été adopté ; il permettra d’accélérer concrètement le déploiement futur de la filière.