Articles

Y a-t-il une identité européenne ?

Photo : Unsplash / Jonathan Marchal

Texte initialement publié dans le hors-série Grands Débats n°1 de Valeurs Actuelles en janvier 2021.

Y a-t-il une identité européenne ? Une partie de la réponse à cette question se trouve sans doute dans le dernier chef d’oeuvre de Terrence Malick, Une vie cachée. En reprenant l’histoire de Franz Jägerstätter, ce paysan autrichien qui refusa de prêter le serment de loyauté que tout soldat devait jurer envers Hitler, Malick racontait une « vie cachée » et son sacrifice apparemment inutile. Dans cette nuit noire du totalitarisme nazi, l’Europe se retournait contre ses propres racines. Mais au milieu de ce reniement général, le choix de Jägerstätter prolongeait celui de Socrate et d’Antigone, celui de Jeanne d’Arc et de Thomas More, condensant ainsi le le miracle patient de toute une civilisation qui avait mûri peu à peu le sens de la primauté absolue de la conscience, du droit de la justice sur la force, de la liberté sur le pouvoir, et de l’esprit sur le corps.

Pour faire naître, au milieu de la violence, le « non » de Jägerstätter, il avait fallu toute l’histoire de cette civilisation. À l’opposé du totalitarisme qu’imposait Hitler, la philosophie européenne avait, malgré bien des errements et des fautes, porté lentement à la lumière le principe de la dignité absolue de la personne humaine. Et c’est cette lumière qui éclairait le discernement de Jägerstätter, tout comme le combat spirituel de Hans et Sophie Scholl, ou la résistance dans les maquis des pays d’Europe occupés ; sur un continent entier, infime et infiniment minoritaire, et pourtant bientôt victorieuse en dépit de toute probabilité, la petite flamme de la fidélité à l’identité de l’Europe et à son héritage spirituel, au moment où elle semblait s’être reniée pour toujours…

Y a-t-il une identité européenne ? Dans une conférence prononcée en 2004, George Steiner tentait de répondre à cette question en identifiant cinq caractéristiques susceptibles de la définir. D’abord, l’Europe est le lieu où les cafés jouent un rôle central, ces lieux où l’on se retrouve avant tout pour la conversation : elle est le continent de la discussion. Très peu de cafés en Russie, ou aux États-Unis : « Dessinez la carte des cafés, vous obtiendrez l’un des jalons essentiels de la notion d’Europe ». La seconde caractéristique est spatiale : l’Europe est un continent que l’on parcourt à pieds, depuis des siècles. Rien à voir avec les immenses étendues désertiques de l’Asie, de l’Afrique ou de l’Amérique : les pays européens ont été reliés les uns aux autres par la les longues marches des soldats et des princes, des savants et des artistes, des clercs, des pèlerins, des mendiants. Après l’espace, le temps : le propre de l’Europe est son rapport singulier à l’histoire, une incapacité à se défaire de son passé. Nous vivons dans des lieux saturés de mémoire ; nos rues portent des noms de personnages historiques, d’événements et de batailles. Dans les plus grandes capitales comme dans les petits villages, on trouve monuments aux morts, statues, plaques commémoratives rappelant pour l’avenir qui vécut ou mourut ici. Vivre sur le « vieux continent », c’est habiter son histoire ; rien à voir avec le « nouveau monde », par exemple, cette Amérique toute neuve qui donne des numéros à ses avenues et se projette d’abord dans l’avenir.

Quatrième critère évoqué par George Steiner : l’Europe est « un conte de deux cités », le résultat de la rencontre de deux sources qui se sont jointes en elle au point de ne plus pouvoir être totalement distinguées. L’effort intellectuel d’Athènes et de Rome, mêlé à l’héritage spirituel de la tradition judéo-chrétienne : voilà la substance d’une civilisation qui lie définitivement tous les pays européens, d’une manière intérieure aussi bien que par d’innombrables manifestations visibles et sensibles. De la Grèce, l’Europe a reçu le logos, du verbe par quoi tout commence, l’appétit de la mesure, de l’équilibre, de la beauté, une soif insatiable de connaissances, le goût de la dialectique, une méthode de penser, le germe de toutes les sciences. De Rome, de cet empire de paysans, de soldats et de rhéteurs, elle a pris le corps, l’enracinement, le sens pratique, le corpus juridique, la puissance stable et organisée. Et de sa rencontre avec la foi chrétienne, entée sur la tradition juive : la foi au Dieu unique, la force du refus prophétique, la contestation des pouvoirs, l’ouverture à l’universel, le sens de l’histoire, le goût du dépassement, le souffle de la transcendance, la morale de l’intériorité. Tout cela n’est pas abstrait, conceptuel, théorique : l’Europe est une histoire charnelle.

Tout cela n’est pas abstrait, conceptuel, théorique : l’Europe est une histoire charnelle.

Qu’on pense seulement à l’urbanisme, que Jean-Robert Pitte évoque en géographe dans La Planète catholique : la polis grecque avait fixé l’unité politique de la cité, l’urbs latine avait déterminé son implantation et organisé son plan ; le christianisme, pour y faire vivre des rituels inspirés du temple juif, installa l’église au centre du village. La forme constante de la ville européenne est un signe concret, parmi tant d’autres, de l’unité de cette civilisation qui a façonné nos pays. A travers les différences de langues, de cultures, de climats, de tempéraments, le fil de cette unité est partout perceptible : au confluent de l’antiquité grecque et latine, et de la Bible rassemblant ancien et nouveau testament, s’est produite la rencontre qui a suscité notre manière de vivre, structuré notre conversation, organisé notre droit, fécondé notre art, stimulé notre science, éveillé nos libertés. Même notre manière d’ignorer est encore grecque ; même notre athéisme est encore chrétien. Notre modernité, dans son universalisme satisfait, préfère oublier ce que notre autonomie doit à cet héritage singulier : il devrait pourtant lui suffire de regarder comment on traite le scepticisme sur des continents pétris par d’autres civilisations, et d’autres religions…

C’est aussi par cette histoire que l’Europe se trahit elle-même quand une Union de nations libres prétend se substituer aux démocraties souveraines qui la constituent – tout en niant, paradoxalement, l’unité de la civilisation qui peut seule donner sens à ce qu’elle incarne. La civilisation européenne a ceci de singulier qu’elle relie des peuples différents dans une même passion de la liberté, dont l’expression politique est l’idée démocratique – née avec l’Europe elle-même. Ce serait abandonner cette idée que de vouloir fédérer ces pays singuliers sous un même pouvoir central, en prétendant écraser la diversité des langues, des cultures et des coutumes, qui font la richesse de notre continent mais rendent impossibles l’uniformisation de la conversation civique. Oui, l’alliance des pays européens a un sens, plus que jamais sans doute dans les défis que constitue la mondialisation présente et à venir. Mais prétendre remplacer les Etats, qui constituent le cadre naturel de la démocratie, au profit d’une « souveraineté européenne », serait le choix le plus anti-européen qui soit. Il est de ce point de vue parfaitement logique que ceux qui défendent le plus énergiquement le fédéralisme européen, soient aussi ceux qui refusent jusqu’à l’absurde l’évocation des racines de l’Europe…

Il est de ce point de vue parfaitement logique que ceux qui défendent le plus énergiquement le fédéralisme européen, soient aussi ceux qui refusent jusqu’à l’absurde l’évocation des racines de l’Europe… Leur modèle est en fait celui de l’empire chinois, ou de la fédération américaine : il ne correspond en rien à l’idée européenne.

Leur modèle est en fait celui de l’empire chinois, ou de la fédération américaine : il ne correspond en rien à l’idée européenne.
Ce déni de l’identité de l’Europe est au coeur de la crise qu’elle traverse – en particulier le déni de ses racines spirituelles. Matthieu Bock-Côté le rappelle, dans Le Nouveau Régime : si elle devait refuser définitivement de considérer son héritage chrétien, « son histoire lui deviendrait profondément incompréhensible, inintelligible ». Aujourd’hui privée de cette dimension, « la construction européenne se présente comme une ambition technocratique vidée de tout substrat historique ». Une raison cependant de mettre en perspective l’expérience de cette crise : elle constitue précisément la cinquième caractéristique de l’esprit européen, selon George Steiner. L’Europe est en effet une eschatologie, une manière de se croire sans cesse au bord de la catastrophe, une conscience toujours inquiète de sa propre vulnérabilité, qui se sait depuis toujours finie et menacée – et qui se pense depuis toujours parvenue à la fois à son sommet et à son déclin. Il ne suffit pas d’espérer que notre rapport à l’histoire nous joue une fois de plus ce tour : encore faut-il agir maintenant pour préserver et transmettre ces racines partagées de l’Europe, héritées de nos pays, afin qu’elles continuent de donner à l’avenir la sève qui suscitera pour longtemps encore leur vie et leur liberté.

Que voulons-nous encore défendre ?

Conférence à l’École de guerre donnée le jeudi 21 janvier 2021.

Les islamistes s’attaquent à ce qu’ils savent être la France.

« Dans cette église, l’islamisme a frappé la France, et ses racines chrétiennes que nos gouvernants voulaient depuis si longtemps oublier. C’est notre civilisation qui est en jeu, notre manière de vivre, notre liberté de conscience, tout ce qui nous a fondés. Pour mener la résistance, les mots ne peuvent suffire, maintenant seuls les actes comptent. Voici déjà quelques priorités concrètes, rappelées depuis longtemps et qui sont désormais une urgence absolue. »

Pour accéder à l’entretien complet, rendez-vous à ce lien.

Aucune construction politique, aucune civilisation n’a d’avenir si elle ne maîtrise pas son territoire.

Photo : visite du camp de Kara Tepe, sur l’île grecque de Lesbos, en octobre 2020. © fxbellamy.fr

Entretien initialement paru dans Valeurs Actuelles le 8 octobre 2020.

L’attentat près des anciens locaux de Charlie Hebdo a porté dans le débat public la problématique des mineurs isolés. Il a fallu attendre ce drame pour que l’on s’en préoccupe…
Ce sujet est symptomatique de l’hypocrisie totale de nos politiques migratoires. Beaucoup d’élus départementaux alertent depuis des années sur ces “mineurs non accompagnés”, qui sont en fait très souvent des adultes connaissant parfaitement les failles de notre droit et cherchant seulement à bénéficier de ce statut protégé. Ce détournement manifeste est régulièrement couvert par paresse, lâcheté ou idéologie. Cela coûte deux milliards d’euros chaque année.

Le terroriste du 25 septembre était en effet un « faux » mineur. Que faudrait-il changer pour que ce système ne soit plus dévoyé ?
Il est indispensable que l’âge soit vérifié avant que quelqu’un soit reconnu comme mineur, pour mettre fin à ces mensonges évidents. Le juge qui s’est opposé à cette vérification dans le cas de ce migrant pakistanais devrait d’ailleurs s’en expliquer aujourd’hui… De manière plus générale, il faut réformer ce statut car la situation actuelle, loin de protéger les mineurs, créé une incitation au départ qui les met directement en danger : le gouvernement a d’ailleurs commis une faute très grave en renforçant ce risque, quand il a élargi récemment le regroupement familial aux mineurs. Bien sûr, dans l’urgence, il faut prendre soin d’un enfant isolé qui arriverait chez nous ; mais le seul objectif doit être d’organiser le plus rapidement possible son rapatriement vers sa famille dans son pays d’origine. La seule manière d’éviter que des mineurs ne soient jetés sur les routes de l’exil, c’est de garantir que personne ne restera sur le sol européen s’il n’a pas été autorisé à y entrer légalement. C’est la clé de toute politique qui protège vraiment ; il ne peut y avoir de vraie humanité sans maîtrise de nos frontières.

Que répondez-vous à ceux qui, jusqu’au gouvernement, estiment que l’accueil inconditionnel de ces mineurs relève de “l’honneur de la France” ?
Je leur réponds : allez faire un tour dans les hôtels sociaux où l’on héberge ces mineurs, et dites-moi si cela s’appelle l’honneur de la France. Allez à Lesbos voir les enfants piégés dans l’impasse migratoire, et dites-moi s’il s’agit de l’honneur de l’Europe. Le trafic d’êtres humains organisé par les passeurs, et la misère qu’il suscite, sont permis par la passivité coupable de nos pays, notre incapacité à maîtriser nos frontières, tout cela au nom de ce que les belles âmes, depuis le confort de leurs bureaux parisiens, appellent « l’honneur de la France ».
Bien sûr, il est légitime d’accueillir des gens réellement menacés ; nous n’avons d’ailleurs pas fait assez pour les chrétiens persécutés, ou les afghans qui avaient travaillé avec les soldats français. Mais le droit d’asile n’a rien à voir avec le détournement systématique dont il est l’objet aujourd’hui : sur plus de 150 000 demandeurs d’asile chaque année, 80% sont déboutés ; mais seuls 4 à 6% d’entre eux sont réellement expulsés… Ce n’est pas de la solidarité, juste de l’impuissance.

Vous revenez de Grèce, et plus précisément de l’île de Lesbos, symbole de la crise migratoire. Quel constat y avez-vous établi ?
C’est un immense drame humain. D’abord pour ces milliers de migrants auxquels des passeurs avaient vendu l’espoir, et qui se retrouvent dans une impasse, piégés dans des conditions très précaires et des procédures aberrantes. Et bien sûr une épreuve pour les Grecs, en première ligne face à cette situation. Ils vivent déjà les tensions et les conflits que cette situation prépare à grande échelle.

L’Union européenne, tiraillée par les intérêts divergents des nations qui la composent, peut-elle défendre une ligne cohérente sur la question migratoire ?
Si elle n’y arrive pas, elle est vouée à disparaître. Aucune construction politique, aucune civilisation n’a d’avenir si elle ne maîtrise pas son territoire. Mais je voudrais quand même rappeler que l’Europe n’est pas la première responsable en la matière : la plus grande part de l’immigration qui entre chaque année en France est une immigration légale. L’Etat a délivré l’an dernier plus de 300 000 titres de séjour, l’équivalent de la ville de Bordeaux ! Chaque année, ce gouvernement bat un nouveau record, et il en est totalement responsable.

Aucune construction politique, aucune civilisation n’a d’avenir si elle ne maîtrise pas son territoire. Mais je voudrais quand même rappeler que l’Europe n’est pas la première responsable en la matière : la plus grande part de l’immigration qui entre chaque année en France est une immigration légale.

Malgré tout, s’accorder à 27 sur une politique migratoire commune ne vous semble-t-il pas difficile à réaliser politiquement ?
Bien sûr, mais la situation évolue. En 2015, les pays européens ont été violemment divisés sur la crise migratoire. Quand l’Allemagne a accueilli plus d’un million de migrants sur son sol, d’autres pays – comme ceux du groupe de Visegrad – s’opposaient vigoureusement à cette ouverture. Aujourd’hui, la ligne de Viktor Orban l’a clairement emporté. Regardez le pacte sur les migrations, présenté par la Commission européenne : il reste dans ce projet des points qui posent de vrais problèmes, mais fondamentalement, l’option prise par la commission consiste à protéger concrètement les frontières extérieures de l’Europe, et à adopter enfin une vraie politique de reconduites. Un élément crucial : la commission accepte enfin de renoncer à l’idée inopérante et anti-démocratique de la relocalisation obligatoire de quotas de migrants dans les Etats membres. Cela représente une rupture substantielle depuis 2015 – Angela Merkel elle-même ne défend plus ses positions de l’époque.

En 2015, justement, l’Europe avait en quelques sortes “sous-traité” le contrôle de ses frontières à Recep Tayyip Erdogan. Quelle doit-être aujourd’hui l’attitude de l’Europe vis-à-vis de la Turquie ?
L’Europe est coupable de rester aussi passive et silencieuse face à la menace globale que fait peser sur elle l’action d’Erdogan en Grèce, à Chypre, ou contre l’Arménie aujourd’hui. Plusieurs mesures s’imposent immédiatement : arrêter bien sûr une bonne fois pour toutes la procédure d’adhésion de la Turquie à l’UE, cette fiction aberrante que nous dénonçons depuis longtemps, et stopper les financements qui y sont liés ; instaurer des sanctions contre le régime turc et ses principes figures. Face à cette menace, l’alliance des pays européens peut les renforcer en matière de contrôle des frontières, de sécurité et de défense, notamment pour les rendre moins dépendants de l’Otan – dont la Turquie est membre. Nous en sommes loin aujourd’hui.

Le président de la République a présenté récemment un plan de lutte contre “les séparatismes”, salué largement dans la classe politique – y compris à droite. Qu’en avez-vous pensé ?
Pour ma part, je ne trouve malheureusement dans ce discours qu’un mélange de naïveté, d’inconséquence et de pure communication. L’islamisme représente une menace politique vitale : le président propose une réponse juridique… mais pourquoi créer un nouvel arsenal de lois, quand on a renoncé à appliquer celles qui existent déjà, par manque de volonté et de fermeté ? Emmanuel Macron persévère par ailleurs dans cette culture de l’excuse qui consiste à mettre encore et toujours la France en accusation. Il dénonce le « surmoi post-colonial » de la France, qu’il avait déjà accusée de crimes contre l’humanité ; il relie les attentats islamistes au fait que nous n’avons pas donné sa chance à la jeunesse… Mais bien des jeunes vivent dans les territoires déshérités et abandonnés de la France périphérique, qui n’ont d’ailleurs pas bénéficié des financements colossaux des « politiques de la ville » ; et ceux-là ne commettent pas d’attentats ! Il est absurde de penser, par une espèce de matérialisme post-marxiste, que tout s’explique par l’économie et qu’on en vient à tuer des gens à coups de hachoir parce qu’on n’a pas pu intégrer une école de commerce… On ne fera pas reculer le terrorisme en expliquant qu’il y a des raisons qui pourraient le légitimer.

Emmanuel Macron a parlé à plusieurs reprises dans ce discours de la “civilisation islamique”, présente de fait dans notre pays. Est-ce une manière d’acter que notre société est désormais multiculturelle ?
En l’écoutant, je me demandais, songeur, s’il serait prêt à parler de la civilisation chrétienne. Emmanuel Macron avait explicitement refusé, dans son discours aux Bernardins, de reconnaître les racines chrétiennes de notre civilisation. Nous sommes prêts à reconnaître la culture de l’Autre : seule notre propre origine n’est pas admise dans le panthéon diversitaire. Dans ce réflexe multiculturaliste, il y a l’illusion de croire qu’on sauvera le « vivre ensemble » en acceptant de sacrifier sans cesse un peu plus de notre culture, de nos principes et de notre manière de vivre. Mais le déni de soi ne ramènera pas la paix, au contraire, il ne peut susciter que l’éclatement de la société en une juxtaposition de communautarismes revendicatifs.

Cela ne trouve-t-il pas une une traduction concrète sur la question de l’apprentissage de l’arabe ?
C’est un contresens majeur. Dans notre pays, à 18 ans, un jeune sur cinq est en difficulté dans la lecture et l’écriture du français : et on voudrait lutter contre le séparatisme en promouvant l’enseignement de l’arabe ? Le vrai défi qui nous attend, c’est de garantir que chaque enfant qui grandit en France soit authentiquement français, pas seulement pas l’état civil mais par la culture, le sentiment d’appartenance, et d’abord par la langue. Il n’y a aucune raison d’enfermer indéfiniment les enfants de la troisième ou quatrième génération dans une communauté linguistique autonome qui se perpétuerait en France.

Vous dites qu’Emmanuel Macron n’a pas évoqué la civilisation chrétienne. Dans son discours, le mot « France » était également quasi systématiquement remplacé par celui de “République”, comme si les deux étaient synonymes. Faut-il y voir plus qu’un tic de langage ?
C’est le symptôme de la confusion dont je parlais tout à l’heure : nous voulons apporter une réponse juridique à un problème politique. La République est une forme institutionnelle ; il faut faire respecter la loi commune, ni plus, ni moins. Emmanuel Macron veut « faire aimer la république » : mais comme l’avait si bien dit Charlotte d’Ornellas, on ne se passionne pas pour la littérature républicaine, on ne savoure pas la gastronomie républicaine, on n’est pas ému par la beauté des paysages républicains ! C’est le même président qui affirmait qu’ « il n’y a pas de culture française »… L’Etat ne peut susciter aucune adhésion s’il prétend être aimé pour lui-même, s’il n’est pas capable de reconnaître qu’il n’est qu’une forme institutionnelle au service de la perpétuation de cet héritage culturel que nous appelons la France.

Que faudrait-il donc faire pour lutter contre le séparatisme islamiste ?
La première réponse, c’est de faire appliquer la loi partout, sans faiblesse, de punir la première infraction, de sanctionner sans faillir ceux qui défient nos lois – tout cela est d’abord une question de volonté politique. La seconde, c’est de mettre fin à l’immigration massive, et de commencer par mener le travail d’intégration en échec depuis si longtemps. Prétendre lutter contre le séparatisme quand on laisse entrer chaque année en France 450 000 personnes, c’est simplement un mensonge. Enfin, la troisième réponse est l’éducation : s’il nous reste une chance d’éviter la fracturation définitive de notre société, elle passe par la bataille des cœurs. Seule l’éducation peut transmettre de nouveau la culture française à tous les jeunes qui vivent en France, la donner à connaître et à aimer. C’est possible, et je l’ai vécu comme bien des enseignants qui mesurent la valeur de l’héritage qu’ils ont à partager. Mais il y a vraiment urgence…


Europe et politique migratoire : quelques éléments sur le projet de la commission européenne (ajouté le 22/10/20)

« Pour un débat enfin sérieux sur le sujet crucial de la politique migratoire en Europe, et en vue du travail qui nous attend au Parlement pour obtenir des résultats efficaces sur ce sujet, quelques éléments sur le projet présenté récemment par la commission. »

Mineurs étrangers isolés : invité de France Info

Non, vous n’en demandez pas trop si vous rêvez d’une France où on ne risque pas de se faire découper au hachoir au coin de la prochaine rue.